25 Octobre : Journée de lancement de « l’Institut pour un développement durable et solidaire en Bretagne »,

Le 25 Octobre prochain à Silfiac


Un an après le Grenelle décentralisé de Brest, et alors que le vote des lois qui doivent découler de cette consultation est prévu pour cet automne, nous vous proposons de faire ensemble un point de situation pour différents domaines concernés, tout en nous plaçant dans une perspective d’avenir. Nous nous intéresserons aussi aux moyens d’ancrer dans les territoires les dynamiques de développement durable, en faisant mieux jouer la solidarité entre les acteurs et la responsabilité de chacun. (cf le programme de la journée)

Dates

  • Samedi 25 octobre 2008

Nous avons le plaisir de vous inviter à participer, le 25 octobre prochain, à la journée de lancement de « l’Institut pour un développement durable et solidaire en Bretagne », dit « Institut de Silfiac / Skol-Uhel Silieg », dont vous trouverez ci-joint un dossier de présentation. Nous sommes nombreux en Bretagne à être engagés sincèrement pour tenter de faire évoluer la société actuelle vers ce mode de développement. Mais, « le nez dans le guidon » de nos projets respectifs, nous n’avons pas toujours le temps de nous informer sur les autres aspects du
développement durable dans notre région, ni surtout d’échanger tous ensemble sur les questions de fond, philosophiques, économiques, politiques… qui nous préoccupent. C’est pour cela que nous avons décidé de créer l’Institut de Silfiac, et nous espérons que vous serez nombreux à nous rejoindre

Les membres-fondateurs de l’Institut de Silfiac/Skol Uhel Silieg :
Jean-Claude Pierre, Alain Le Fur, Michèle Pierson, Serge Moelo, Muriel Le Morvan, Gael Cadoret

Ces personnes qui agissent dans des collectivités publiques, des associations, des groupements de l’Economie sociale, ont en commun la volonté de redonner un sens plus authentique à la notion de « développement durable » souvent instrumentalisée, en plaçant l’humain, l’éthique et la solidarité au coeur des préoccupations et de l’action.

En s’implantant au coeur de la Bretagne, dans une commune pionnière et un centre d’accueil en éco-construction, le but de l’Institut est de donner l’occasion aux réseaux d’acteurs qui le souhaitent de mettre en commun leurs expériences et leurs réflexions en matière de développement durable et solidaire, et de débattre dans le respect de leur spécificités et de leurs différences.

Il est bien évident que ce projet n’est pas destiné à se substituer aux structures qui agissent déjà sur le terrain de l’écologie, de la solidarité, de l’éducation populaire, et des différents aspects du développement durable… Mais il peut permettre de renforcer des synergies sans lesquelles nous avons peu de chance d’infléchir de manière significative les évolutions actuelles.

Les membres-fondateurs de l’Institut de Silfiac / Skol Uhel Silieg  :

- Jean-Claude Pierre, Cohérence et Nature - Culture,
membre du Conseil Economique et Social de Bretagne

- Alain Le Fur, Pdt de Loisirs Vacances Tourisme - membre du CESR

- Michèle Pierson, Nature et Culture et LVT

- Serge Moelo, maire de Silfiac - co-président de BRUDED
( Bretagne Rurale et Rurbaine pour un développement durable)

- Muriel Le Morvan, journaliste

- Gael Cadoret


Pistes de réflexions pour l’Institut de Silfiac-Skol Uhel Silieg

L’Institut de Silfiac-Skol-Uhel Silieg pourra, par exemple, aborder des problématiques
comme celles-ci :

- Comment faire prendre conscience et faire réagir concrètement les citoyens alors que
certains s’y emploient depuis longtemps, sans toujours obtenir le résultat escompté ? Problème
de pédagogie, problème de communication… ? Où sont les blocages, et les leviers sur lesquels agir ?

- Alors qu’une baisse de la consommation est vécue comme une régression en cette période de
chute du pouvoir d’achat, comment inciter à un autre mode de consommation (« consom’action ») ? Certains en appellent à la décroissance, d’autres à une « autre croissance »… La vague de communication autour du développement durable n’est-elle pas pour
certains qu’un outil pour relancer la croissance ?
- La pauvreté est un frein au développement durable : les milieux populaires vivent souvent le développement durable comme un discours du dominant sur le dominé. Or, pour être durable, la société ne peut pas être à deux vitesses. Le développement durable doit être solidaire :
Comment faire pour que tous puissent y participer ? Attention de ne pas stigmatiser ceux qui ont moins que d’autres les moyens de changer d’habitudes.

- Si « le développement durable » a été inscrit au programme de tous les partis politiques ou presque (conviction ou opportunisme ?), certains évacuent cette question vers leurs « spécialistes » sans toujours leur donner les moyens d’agir. Or le développement durable est une problématique globale qui ne peut être traitée à part. Par quels moyens peut-on s’y engager, en mobilisant tous les acteurs et en les incitant à mieux articuler leurs politiques sur le territoire ?

- La Bretagne est riche de sa diversité d’écosystèmes, de ses paysages, mais aussi de sa langue et de sa culture si intrinsèquement liées à la nature. Cette identité est un atout, les
entreprises bretonnes l’ont compris et certaines la mettent à profit dans leur communication.
C’est parfois légitime, car fruit d’un attachement sincère. Mais quand les pratiques de certaines d’entre elles ne sont pas respectueuses de cet environnement privilégié et bafouent les droits des
hommes qui y vivent et y travaillent, notre rôle est de dénoncer la récupération de l’ « affectif »
breton.

Un autre développement est possible, en Bretagne, comme ailleurs !

et d’autres qui seront à définir avec les personnes qui souhaiteront participer aux réflexions de l’Institut de Silfiac / Skol-Uhel Silieg


Pourquoi Silfiac ?

La petite commune de Silfiac est située en plein coeur de la Bretagne, et c’est surtout une des communes bretonnes pilotes en matière de développement durable. Sa démarche globale et
exemplaire a de nombreuses fois été primée au niveau national. Des milliers de visiteurs s’y rendent
chaque année, pour s’en inspirer. C’est à Silfiac qu’a été construit en 2005, le premier écovillagevacances
français géré par l’association de tourisme solidaire LVT ( Loisirs-Vacances-Tourisme) où
se trouve le siège de l’Institut de Silfiac. Un hameau écocitoyen est actuellement en construction
près du bourg.

Pourquoi « Skol Uhel Silieg ? »

Silfiac, en breton c’est Silieg. Pour beaucoup de bretons engagés pour le développement durable, la défense de la langue et de la culture bretonnes sont indissociables de la démarche pour préserver notre environnement. Comment peut-on défendre la biodiversité et accepter de laisser disparaître notre langue, ici en Bretagne, alors qu’elle est, au même titre que toutes les langues et cultures, un des trésors de l’humanité. L’Institut de Silfiac-Skol-Uhel Silieg, tient à donner sa
place à la langue bretonne dans son fonctionnement et sa communication.

Skol-Uhel Silieg :Ur skol evit un diorren padus ha kenskoazell e Breizh


Pell zo dija e vez displeget gant tud zo emañ mab-den o vont war un hent-dall, en ur vevañ en
ur mod ma ne vo ket moien padout gantañ : ar blanedenn ne bado ket, ha ni da heul
. An
diouganourien-se zo bet graet goap outo alies, pe z’eus bet sellet outo evel ouzh tud trist a spered.
An deiz-a-hiriv p’eo deuet da vezañ anat, splann, prouet hag adprouet gant ar skiantourien e oa ar
gwir ganto, ne c’heller ket mui serriñ an daoulagad : kemm mod bevañ a ranker ober, hag an holl a
rank ober. Un enkadenn vras a zo dirazomp, un enkadenn ekonomikel sokial ha sevenadurel da heul
ar c’hemm a c’houzañvo hon en-dro, peogwir emaomp-ni un tamm eus an endro-se pezh n’hon eus
ket komprenet atav ! Ha seul brimoc’h, seul niverusoc’h e vimp o cheñch penn d’ar vazh, seul
skañvoc’h vo an enkadenn-se. Da lâret eo e teuio an diskoulm dre ar c’henskoazell etre an dud,
pe ne deuio ket !

Padal e kred lod ober van pas kompren, pe soñjal e raio ar re-all, en o flas. Ha gwasoc’h zo : lod a
implij ar gerioù burzhudus « en-dro », « diorren padus », ha ne reont netra da wellaat ar bed,
nemet implijout ur « c’hizh glas » evit kenderc’hel da werzhañ evel a-raok,
hep teurel evezh eus
pezh vez produet, hag e-peseurt mod e vez graet… O welet kement-se e c’hell bezañ kollet an dud,
piv krediñ pa c’heller lavarout forz petra dre ar vruderezh ? Perak ober strivoù pa ne vez ket graet
gant ar re all ? Peadra da fallgaloniñ… o soñjal emaomp o vont war gil ha n’eus seurt-ebet d’ober…

Evit klask talañ ouzh an dro-spered negativel-se, evit klask kompren an enebiezh sosiopsikologel,
ekonomikel ha politikel a c’hellfe mirout ouzomp da saveteiñ hor blanedenn, evit
reiñ ur chañs bennak d’ar wirionez hag d’ar furnez da vout trec’h, o deus divizet un nebeut
Breizhiz krouiñ ul lec’h da eskemm, da gelaouiñ, da brederiañ
. D’hor soñj hon eus ezhomm niholl
ul lec’h d’en em adkavout evit tabutal hag en em galonekaat an eil-re ar re-all. Evit bout
kreñvoc’h hag efedusoc’h evit an dazont evit hor bro hag hor bugale.

E-kreiz Breizh zo ur gumun vihan he deus kroget d’ober he lodenn eus al labour-kemm… Ha
peogwir emañ e-kreizig-kreiz ar vro evel ur galon (ar galon hon eus ezhomm da vout kalonek), e
kinnigomp deoc’h en em adkavout a wech an amzer e Silieg, e Kreizenn vakañsoù Krenihuel, ar
greizenn ekologel kentañ bet savet e Bro C’hall. Ul lec’h brav ha sioul evit kas hor preder warraok
holl asambles, gant an holl dud a-youl-vat.


Contact :

Institut de Silfiac/Skol-Uhel Silieg,

- 6 rue Rochambeau, 56100 Lorient

- institutdesilfiac@laposte.net

Télécharger le programme

PDF - 13.8 ko
PDF - 13.8 ko
PDF - 141 ko
PDF - 14.8 ko
Posté le jeudi 2 octobre 2008
©© eco-co-sol, article sous licence creative common (cc by-nc-sa) info