Etude « Vieillissement de la population salariée dans l’ESS et renouvellement des équipes »

"Dans l’ESS plus de 13 % de salariés sont concernés par un départ en retraite d’ici 2015 ! "


Ces travaux révèlent que dans l’ESS plus de 13 % de salariés sont concernés par un départ en retraite d’ici 2015. Tous les territoires ne sont pas concernés de la même façon. Un éclairage par famille et des initiatives des Cres permet de dégager des pistes d’action pour anticiper ce phénomène.
"Dans l'ESS plus de 13 % de salariés sont concernés par un départ en retraite d'ici 2015 ! "

Un article rédigé à partir du site Chorum

Commandée par Chorum à l’Observatoire national des CRES, cette étude apporte un éclairage quantitatif et qualitatif à la problématique du vieillissement de la population salariée dans l’ESS et à la question du renouvellement des équipes, à travers :

- Analyse statistique et cartographique sur le vieillissement de la population salariée et les perspectives de départ à la retraite à l’horizon 2020 (avec focus sur 2 secteurs : le Sanitaire et social et l’Aide à domicile) ;

- Diagnostics territoriaux pour faire émerger des pistes d’action et des mesures d’accompagnement .

L’ESS représente plus de 10 % de l’emploi en France avec une croissance de près de 5 % des emplois entre 2006 et 2007, contre 4 % dans le privé hors ESS et 1 % dans le public, pour cette même année.

L’ESS emploie davantage de seniors que les autres secteurs économiques : elle compte 41 % de personnes de plus de 45 ans et cela est vrai pour les quatre familles. Avec toutefois, une inflexion plus marquée de cette tendance dans les fondations et les mutuelles.

83 % des seniors de plus de 45 ans qui travaillent dans l’ESS sont concentrés dans le social, la santé, les finances, l’éducation et les services aux particuliers.

Dans l’ESS, les personnes de plus 55 ans qui représentent 13 % des effectifs partiront à la retraite dans quatre ans, tandis qu’un emploi sur deux doit être renouvelé d’ici 2025.

Au niveau régional, on constatera que la région la plus touchée par des départs prochains en retraite dans les associations est l’Ile-de-France où le poids des salariés de plus de 55 ans se situe entre 10 et 16 %.

Quel est le profil des seniors de plus de 45 ans qui travaillent dans l’ESS ?  : ce sont des employés ou des salariés ayant des professions intermédiaires, majoritairement des femmes (comme pour l’ensemble des salariés de l’ESS). Ces dernières étant particulièrement représentées dans les mutuelles et les associations et plus encore dans le secteur sanitaire et social et dans des structures de plus de 20 salariés.

Pour mieux anticiper l’avenir, l’étude met en avant quelques initiatives

Parmi les initiatives des Cres, on notera que dans le Nord-Pas-de-Calais où le phénomène du vieillissement est « plus préoccupant dans les associations de formation initiale et dans les coopératives de l’agriculture », la Cress Nord-Pas-de Calais propose, après avoir réalisé un diagnostic territorial, qu’un travail de repérage des métiers de demain soit effectué avec à la clé la mise en œuvre de formation ad-hoc. Une étude dans ce sens est en cours. En Basse-Normandie, le diagnostic de la Cress a débouché sur des forums de métiers de l’ESS et la réalisation d’un référentiel métiers de l’ESS, etc. D’autres forums devraient suivre.

Pistes d’avenir ?

- L’enjeu d’une réflexion sur les territoires : Mutualiser sur
le territoire les besoins et les ressources
. Si un diagnostic national pointe les principaux enjeux et territoires en tension, des
diagnostics par territoires permettent une étude plus fine, en fonction des zones ou
bassins d’emplois où les tensions diffèrent selon le marché du travail. Cela permet
également de pointer en quoi le territoire peut-être un levier pour le développement
d’une politique de gestion des âges et anticipation des départs à la retraite des
salariés, en pointant des expériences innovantes qui peuvent être menées dans l’ESS.

- L’enjeu d’une approche « métier » : attractivité des emplois dans l’ESS. Cet enjeu passe inévitablement par
l’identification et le référencement des métiers de l’ESS et des spécificités de ces
métiers par rapport au reste de l’économie.

- Des partenariats incontournables :
La majorité des partenariats mis en place par les CRES(S) dans le cadre de leurs
diagnostics territoriaux et actions sont réalisés avec :
— Les ARACT sur l’accompagnement technique ;
— Les DIRECCTE sur la réflexion et l’action à l’échelle territoriale ;
— Les branches et syndicats employeurs de l’ESS, les observatoires emploiformation
(OREF) pour la réflexion prospective et l’approche métiers ;
— Pôle emploi pour l’entrée métiers ;
— Les Conseils régionaux et collectivités pour la mise en place d’actions à
l’échelle des territoires.

Quatre pistes d’actions en région

Les démarches incontournables à mettre en place au regard des actions des CRES(S)
sont :
- la réalisation d’un diagnostic régional de situation des départs à la retraite
des salariés de l’ESS, permettant d’alerter sur la question et de produire de
l’information pour comprendre le sujet et ses enjeux ;
- sensibiliser et mobiliser par l’organisation d’un séminaire ou atelier de
travail afin de partager les constats et problématiques, avec les acteurs, les
pouvoirs publics, les branches, les partenaires sociaux, et en rapprochant les
entreprises de l’ESS avec des entreprises de l’économie classique ayant réussi
une démarche de GPEC  : analyse collective et plan d’action ;
- la création d’outils pour accompagner les entreprises de l’ESS dans leur
démarche de GPEC, à l’instar des actions menées par les CCI ;
- la création d’outils ou événements de promotion et valorisation des métiers
et formations de l’ESS
, pour une meilleure visibilité et valorisation.

Pour aller plus loin

- Pour lire l’article orginal
- Pour télécharger l’étude
- ARACT Action Régionale pour l’Amélioration des Conditions de Travail

Posté le jeudi 10 mars 2011
©© eco-co-sol, article sous licence creative common (cc by-nc-sa) info