Recyclage : des pistes pour créer plus d’emplois en France


Pour créer plus d’emplois, un rapport officiel suggère, notamment, de réduire l’enfouissement et l’incinération, de renforcer l’obligation de recyclage, d’augmenter l’incorporation de matières recyclées et de mieux encadrer l’exportation de déchets.

Recyclage : des pistes pour créer plus d'emplois en France
"L’industrie du recyclage en France occupe moins de trente-mille personnes à temps plein et le développement de cet emploi est contrarié par un certain nombre de facteurs qui pèsent à la fois sur l’amont, sur l’aval et sur la position compétitive du territoire français dans la filière." Tel est le constat dressé par un rapport officiel sur l’industrie du recyclage en France qui propose de "changer de dimension pour créer des emplois". Les auteurs avancent que "ce défi peut être relevé, davantage toutefois par une approche globale de la filière que par une panoplie de mesures favorisant le recyclage de produits particuliers".

Le document, remis en septembre 2013 aux ministres de l’Ecologie, Philippe Martin, et du Redressement Productif, Arnaud Montebourg, et publié fin décembre, propose 18 recommandations à mettre en œuvre dès 2014, pour la plupart d’entre elles.

Globalement, le recyclage relève de l’économie circulaire de manière "très générale" car, en réalité, il "n’est guère circulaire et possède comme la plupart des autres industries un amont et un aval". Or, aujourd’hui, l’amont comme l’aval souffrent de difficultés qui dégradent la compétitivité du recyclage français et limitent la création d’emplois.


BTP, mise en décharge et REP pointés du doigt
"En amont, trop peu de déchets vont au recyclage", déplore le rapport qui souligne que "la recyclabilité théorique ne garantit pas le recyclage effectif et des déchets qui pourraient être recyclés finissent très souvent en décharge ou incinérés, ces deux modes de traitement nécessitant bien moins d’emplois que le recyclage".

Pour les rapporteurs, les déchets du BTP qui représentent "le plus grand potentiel de recyclage encore largement inexploité" constituent la priorité. Aussi, la première recommandation formulée vise à "engager une réflexion avec la profession du bâtiment et des travaux publics pour accroître significativement le recyclage des déchets produits par cette profession". Dans ce cadre, les pistes à privilégier sont : l’intégration d’un volet de recyclage de chantier dans des schémas régionaux de carrière, des incitations à la démolition sélective, l’encouragement à la réutilisation des matériaux inertes entre chantiers urbains concomitants, l’abolition du compte prorata pour la gestion des déchets de chantiers, une évaluation du dispositif des diagnostics déchets avant démolition et des formulaires de recollement, et l’introduction d’une rubrique sur la destination des déchets produits dans les déclarations d’achèvement des chantiers importants.

Autre problème, la mise en décharge "est encore trop peu coûteuse et forme donc dans bien des cas une solution de facilité économique". Le rapport suggère donc, de décourager la mise en décharge par une interdiction d’enfouissement pour les principaux flux de matière recyclable, une forte augmentation de la taxe générale sur les activités polluantes (TGAP) touchant l’enfouissement, et une révision à la baisse ou une suppression des modulations de cette taxe.


Lire la suite sur Actu Environnement


Cet article est repris du site http://www.institut-economie-circulaire.fr/Recyclage-des-pistes-pour-creer-plus-d-emplois-en-France_a414.html
Posté le vendredi 3 janvier 2014
©© eco-co-sol, article sous licence creative common (cc by-nc-sa) info