Matières & couleurs Luberon-Provence, un PTCE pour valoriser le patrimoine productif et culturel régional


Pôle Territorial de Coopération Économique et lauréat de l’appel à projets PTCE PTCE Pôles territoriaux de coopération économique. de 2015, Matières & couleurs Luberon-Provence est porté par la SCIC SCIC Société Coopérative d’Intérêt Collectif ôkhra, qui a créé le Conservatoire des ocres et de la couleur, implanté en région Provence Alpes Côte d’Azur sur la commune de Roussillon dans le Vaucluse. Il fait vivre les savoir-faire de la couleur, attractifs pour le territoire, sur les bases de la coopération et d’une économie locale socialement innovante. Centre de formation, librairie et comptoir spécialisé sont autant de projets développés par la coopérative Coopérative Une coopérative est un groupement d’individus (commerçants, consommateurs, producteurs…) choisissant de mettre leurs moyens en commun afin de satisfaire leurs besoins. ôkhra et dont le PTCE se nourrit au service du développement régional d’une filière des couleurs saines et durables.


Dynamiser le territoire

« La Provence a toujours fabriqué des couleurs » commence par dire Mathieu Barrois, Président Directeur Général du PTCE PTCE Pôles territoriaux de coopération économique. . Pour cet entrepreneur social, il s’agit avant tout de relocaliser la production et de faire vivre ce savoir-faire, véritable atout territorial, pour « ramener plus de valeur ajoutée » et redynamiser la région.

Si les ocres, les couleurs végétales et la lumière sont des emblèmes de la Provence et du Luberon, tout savoir-faire doit être pratiqué pour ne pas se perdre. Ainsi, « si on veut le garder vivant, il faut le positionner sur le marché économique, » explique-t-il, avant d’ajouter le besoin de sensibilisation tout aussi nécessaire. « Si on ne fait pas de travail de pédagogie et de formation sur le produit Ocre et plus généralement sur les matériaux de la couleur, on perdra demain ce savoir-faire. »

Pour valoriser cette discipline ainsi que la région qui la porte, Matières & couleurs Luberon-Provence s’est positionné dans le secteur touristique : « Les visiteurs viennent du monde entier et repartent chez eux avec ces produits locaux qui sont une partie du territoire. » Un voyage immersif donc, au cœur d’un patrimoine coloré, dont l’objectif est d’optimiser et d’allonger le séjour des visiteurs dans un souci d’attractivité du territoire.


Faire vivre la coopération

Pour développer ce parcours touristique, le PTCE déploie, depuis deux ans, une véritable coopération territoriale entre l’ensemble des acteurs locaux concernés par cet enjeu. Dans une « logique d’intégration à l’intérieur d’un système, l’objectif est de faire de toutes les structures adhérentes des coopérateurs de la SCIC SCIC Société Coopérative d’Intérêt Collectif ôkhra » explique-t-il.

Une mise en réseau qui fédère déjà une trentaine de structures, parmi lesquelles des entreprises, des artisans, des organisations culturelles, d’insertion et de développement économique, des collectivités et des acteurs de l’éducation et de la recherche. Le PTCE bénéficie notamment du soutien de la Communauté des Communes, du Parc naturel régional du Luberon, du Département et de la Région.

Un maillage territorial qui a débuté bien avant la formalisation du PTCE proprement dit, avec ôkhra qui en est aujourd’hui la structure porteuse. Fondée en 1994 « pour créer un centre de valorisation des métiers et des savoir-faire de la couleur et garder l’usage de l’ocre, » ôkhra est d’abord née sous statut associatif avant de se transformer en SCIC en 2004. « Un meilleur format » selon Mathieu Barrois « pour développer et apprendre la coopération ».


Axes de développement et ambition du PTCE

Matières & couleurs Luberon-Provence développe différents axes de coopération au service de son héritage : l’axe de la production dans son ensemble et celui de la formation pour assurer la survie de la discipline ; l’axe du marketing territorial qui permet quant à lui de développer de nouvelles offres touristiques ; et enfin, la Recherche et Développement travaille sur les produits de demain, plus sains et plus durables.

Concernant le modèle économique et comme de nombreux PTCE, le pôle connait quelques difficultés de trésorerie et d’investissement. Fondé sur une offre touristique saisonnière, « on a presque 5 mois de creux où on est structurellement déficitaire, » explique Mathieu Barrois. D’où l’ambition économique de s’affranchir de cette dimension saisonnière.

Pour ce faire, le PTCE est dans une démarche de notoriété. En 2017, le massif des ocres a été primé au concours Eden (European Destinations of ExcelleNce). Une reconnaissance due à l’action conjointe d’ôkhra et de la Communauté de Communes du Pays d’Apt-Luberon, partenaire du PTCE, qui a porté le projet et en assure la diffusion en termes de communication. « On est également dans un objectif d’opération Grand site avec un label à obtenir d’ici quelques années », ajoute le pdg d’ôkhra. A cette occasion, il travaille à une appropriation plus efficiente de la SCIC par les acteurs locaux afin qu’elle soit reconnue comme un « véritable outil de développement territorial » au service de la Région.

Chiffres clés :

  • 33 000 visiteurs par an
  • 250 coopérateurs
  • 20 structures sociétaires actives dans le PTCE sur une trentaine de structures partenaires


Cet article est repris du site http://www.lelabo-ess.org/matieres-couleurs-luberon-provence-un-ptce-pour.html
Posté le jeudi 1er février 2018
©© eco-co-sol, article sous licence creative common (cc by-nc-sa) info