Leur travail à du sens : l’oeil de Jean-François Draperi...


Depuis l’hiver dernier, chaque lettre d’information mensuelle de Réso solidaire présentait une
structure du pays de Rennes de l’Economie sociale et solidaire (ESS). Tournant autour du thème « 
Leur travail a du sens », ces portraits1 présentaient la richesse et la variété de l’ESS en interrogeant
plus particulièrement des personnes salariées et bénévoles autour de leur vision de leur travail, de
leur investissement et du sens qu’elles y trouvaient. L’ensemble de ces regards contribue à parler
d’un certain rapport au travail aujourd’hui.

Pour fêter le Mois de l’ESS 2011, Réso solidaire a demandé à Jean-François Draperi de lire cette
série de portraits et de les commenter.

Leur travail à du sens : l'oeil de Jean-François Draperi...

Un articlerepris http://www.resosolidaire.fr/

La diversité des
structures, des
activités, des
personnes rencontrées
au fil de ces portraits
est frappante… Mais
que désigne l’ESS
aujourd’hui ?

Pour lire la réponse de JF DRAPERI

Quelques extraits :

La complexité de la responsabilité :

Un objectif n’est jamais isolé…

Aujourd’hui, la contradiction
est fréquente entre le statut
du salarié et la vie de la personne
en dehors de l’entreprise.

On demande aux gens
un comportement de subordination
lorsqu’ils sont salariés
et un comportement
citoyen et responsable dans
leur vie de tous les jours… Ce
hiatus entre les valeurs dans
l’entreprise et hors entreprise
provoque de la souffrance.

Il y a une interdépendance
très forte entre le travail,
l’emploi, l’apprentissage, la
citoyenneté, la mutualité, qui
sont les facettes d’un même
fait qu’on pourrait appeler,
pour reprendre le titre d’André
Malraux, la condition humaine.

La condition humaine oblige
chacun à définir une manière
d’être en économie, en société,
en politique. On trouve dans
toutes ces expériences d’ESS
une réflexion poussée autour
de la question « Comment être
plus cohérent ? »
. La première
réponse est de chercher à faire
ce qu’on dit et à dire ce qu’on
fait… au-delà de la sphère
strictement professionnelle.
C’est-à-dire qu’on réfléchit
sur sa propre condition
d’humain, d’acteur dans une
société donnée plutôt que
dans un domaine particulier
ou isolé dans son activité.

Il s’agit alors de vivre sa vie en
toute responsabilité de manière
sociale, économique et
politique, de se donner les
moyens de penser et d’agir dans
toutes les sphères de nos vies.

Posté le mercredi 30 novembre 2011
licence de l’article : Contacter l’auteur