Avancer en âge, préparer et vivre pleinement sa retraite…

Les personnes handicapées intellectuelles rencontrent les tutelles

Colloque à Vannes le 15 mai 2014


Quelque trois cents personnes ont participé le 15 mai dernier au colloque organisé à Vannes par l’Association française des personnes handicapées intellectuelles Nous Aussi et l’Adapei du Morbihan – Les Papillons Blancs, sur le thème de l’« Avancée en âge des personnes handicapées intellectuelles : des attentes et des besoins, des projets à vivre … » Pour la première fois, des personnes handicapées intellectuelles ont pu exprimer leurs intentions, leurs désirs, leurs revendications et les adresser directement aux financeurs et décideurs du Morbihan.

Avec la présence de Christel Prado, présidente de l’Unapei, Union nationale des Associations de parents d’enfants inadaptés ; Marie-Françoise le Gallo, présidente de l’Adapei du Morbihan ; des représentants de la Délégation Morbihan ‘Nous Aussi’, du Conseil général du Morbihan, de l’Agence régionale de santé, des témoignages d’usagers, de familles, de professionnels et de cadres…

Les revendications de "Nous Aussi"
« Les personnes handicapées intellectuelles sont en capacité de faire des choix pour leur vie. Il faut entendre ce qu’elles ont à nous dire. Il ne s’agit pas de décider à leur place mais de les accompagner dans l’expression de leurs attentes et dans la réalisation de leur projet de vie. Les délégations d’Auray et de Vannes Nous Aussi souhaitent au cours de cette journée, exprimer leurs intentions :
1. Nous voulons être informés et bien préparer notre retraite, nous avons besoin d’aide, nous voulons des informations accessibles sur nos droits, nous voulons des informations sur nos ressources et sur les aides, nous voulons que nos choix soient respectés.
2. Nous voulons prendre notre retraite et bien vivre. Concernant nos ressources, le minimum vieillesse (791,99 € par mois pour une personne seule) est trop bas, ça ne suffit pas pour vivre. Parfois le vieillissement se fait sentir avant la retraite. Nous voulons pouvoir travailler moins. Nous voulons choisir comment travailler. A temps plein, si on est en forme. A mi-temps, si on ne se sent pas trop en forme. On peut aussi changer d’atelier, ou être en UATP. Il ne faut pas oublier ceux qui n’ont jamais pu travailler, qui ont plus de mal à s’exprimer.
3. Vivre où nous voulons. Quand nous serons à la retraite, quand nous vieillirons, nous voulons vivre où nous voulons. Nous voulons rester proches de nos familles et de nos amis. Nous voulons continuer à vivre dans notre domicile ou dans notre quartier. Si nous vivons de façon autonome, nous voulons que cela dure le plus longtemps possible, avec l’accompagnement de services. Si nous ne voulons pas rester chez nous, nous voulons des solutions, qui nous évitent d’être seuls. Nous voulons rester autonomes. Il faut des solutions pour chacun.
4. Nous voulons rester en bonne santé le plus longtemps possible, pouvoir continuer à vivre comme maintenant. Il faut aussi nous accompagner pour nous aider à rester en bonne santé. Nous avons aussi besoin, comme tout le monde, d’une bonne hygiène de vie.
5. Nous voulons profiter de notre retraite, nous voulons profiter de la retraite pour faire plein de choses. Par exemple, certaines personnes font du bénévolat. A la retraite aussi c’est important de voir nos capacités. Nous voulons garder le contact avec nos amis. Nous voulons continuer à faire des sorties, des activités. Si nous avons dû mal à trouver une activité, il faut nous aider.
Nous voulons être heureux à la retraite - http://nousaussi.over-blog.com/

Adapei du Morbihan – les Papillons Blancs
Marie-Françoise Le Gallo, présidente de l’Adapei du Morbihan
"L’association ‘’Adapei du Morbihan – les Papillons Blancs’’, est née en 1960 ; elle a été déclarée le 10 mars 1961 au Journal Officiel. C’est une Association parentale Loi 1901, à but non lucratif. L’Adapei du Morbihan – les Papillons Blancs s’est intéressée progressivement à tous les besoins des personnes handicapées mentales, à commencer par les besoins des enfants à partir de 1963, en créant des Instituts Médico-Educatifs (IME), puis par la création d’établissements pour adultes en favorisant le travail en C.A.T. (devenus des ESAT). A ces établissements, viendra s’ajouter le dispositif des hébergements pour les travailleurs et ensuite les foyers de vie et accueils de jour pour les personnes ne pouvant accéder au travail.
L’association, par la suite, a mis en place des services en milieu ouvert, pour les enfants en créant les SESSAD, et pour les adultes le Service Départemental d’Accompagnement et le Service de Proximité de Lorient. L’Adapei a également ouvert deux Foyers d’Accueil Médicalisés, et gère une Entreprise Adaptée. Les statuts précisent que l’action de l’Association s’exprime par ‘‘la création et la gestion d’établissements et services appropriés tendant à l’éducation, la rééducation, le soin, l’adaptation, la mise au travail, l’insertion sociale et professionnelle, l’hébergement, l’organisation des loisirs, etc.’’. L’Association, affiliée à l’Union Nationale ‘’Unapei’’ reconnue d’utilité publique, est reconnue ‘’de bienfaisance’’ sur le plan départemental par décision préfectorale du 7 février 2006.
L’Association gère 27 établissements et services médico-sociaux dans le secteur de l’enfance, du travail et de la vie sociale : 3 IME (instituts médico éducatifs), 1 Sessad (service d’éducation spéciale et de soins à domicile), 6 ESAT (Etablissements d’aide par le travail), 1 Entreprise Adaptée, 6 foyers de vie, 6 foyers d’hébergement, 2 FAM (Foyers d’accueil médicalisés), 1 SAVS départemental (service d’accompagnement à la vie sociale) , 1 SAAD (Service d’aide et d’accompagnement à domicile). Actuellement, l’Association compte plus de 600 adhérents. Elle est au service de 1200 familles du département du Morbihan et suit plus de 1600 personnes de tous âges.

Le vieillissement des personnes handicapées intellectuelles
Questions à Yann Zenatti, Directeur général de l’Adapei du Morbihan – Les Papillons Blancs
Pourquoi ce colloque ?
L’objectif est d’attirer l’attention du public et des décideurs sur la situation des personnes handicapées intellectuelles quand elles vieillissent, tout en sachant que la question du vieillissement est un problème national pour notre pays. L’association Adapei du Morbihan – Les Papillons Blancs a souhaité porter ce débat sur la place publique, de manière très argumentée, pour faire en sorte que les personnes handicapées intellectuelles, les premières concernées, puissent s’exprimer sur ce sujet, faire part de leurs attentes quand elles sont confrontées à des situations de changement dans leur vie : arrivée à l’âge de la retraite ou perte d’autonomie liée à des problèmes de santé.

Quel mode d’expression aviez-vous choisi ?
Il y a actuellement en France de nombreuses journées de réflexion et colloques sur ce thème, preuve s’il en faut que le vieillissement des personnes handicapées est une vraie problématique posée à notre société. Les grandes associations tirent le signal d’alarme depuis une dizaine d’années mais le sujet reste en jachère… Nous avons voulu cette fois, donner priorité à l’expression et à la parole des personnes en situation de handicap. Les demandes sont portées par les personnes elles-mêmes. C’est par ce prisme que nous souhaitons attirer l’attention des pouvoirs publics et imaginer ensemble, les meilleures solutions à construire.

Deux tables-rondes ont rythmé cet après-midi du 15 mai…
A partir de témoignages de personnes en situation de handicap, de professionnels les accompagnant et de familles, nous allons voir ensemble quelles réponses sont possibles, quelles solutions adaptées pouvons-nous envisager demain. Jusqu’à aujourd’hui, il n’y a en France que très peu de réponses vraiment adaptées aux problématiques des personnes touchées par un handicap mental et le vieillissement. Nous proposons donc un face à face entre les personnes handicapées elles-mêmes, afin qu’elles puissent transmettre leurs attentes et les projets qu’elles ont envie de vivre lorsqu’elles vieillissent et les pouvoirs publics eux-mêmes, représentants du Département et de l’Etat, qui sont chargés de mettre en place des politiques publiques et des réponses à ces préoccupations. Témoignent également des représentants nationaux des grands mouvements de personnes handicapées et de parents d’enfants handicapés.

Vieillissement dans le Morbihan
Le vieillissement des personnes handicapées à l’Adapei du Morbihan – les Papillons Blancs - Extraits du livre blanc réalisé en 2014 par l’Adapei du Morbihan – Les Papillons Blancs par Hélène Le Guellec, responsable qualité et développement.

Un état des lieux en quelques chiffres...
L’Adapei compte 23 établissements et services pour adultes. 462 personnes handicapées mentales âgées de plus de 45 ans sont actuellement accompagnées par l’Adapei du Morbihan :
 260 travailleurs d’ESAT (établissements d’aide par le travail – anciennement CAT)
 48 salariés d’Entreprise Adaptée
 89 usagers de foyer de vie (internat et externat)
 23 usagers de foyer d’accueil médicalisé
 42 personnes sans activité professionnelle, retraitées d’ESAT ou travaillant en entreprise, suivies par le SAVS (service d’accompagnement à la vie sociale).

Un avenir incertain...
 Quel avenir pour les 100 personnes vieillissantes actuellement hébergées en famille ? ... Sachant que leurs parents sont âgés en moyenne de 79 ans.
 Quel avenir pour les 57 travailleurs d’ESAT vieillissants qui prendront leur retraite dans les 10 prochaines années, et qui devront quitter leur foyer d’hébergement ?
Pour certains d’entre eux, ils y ont passé 35 à 40 années de leur vie. Mais les foyers d’hébergement ne sont pas autorisés à héberger des retraités d’ESAT ; ils hébergent uniquement des travailleurs d’ESAT en activité.
 Quel avenir pour les 16 futurs retraités d’ESAT, résidents en résidences collectives à Hennebont, mais qui ne peuvent pas vivre dans leur logement de manière permanente ? L’accompagnement des résidents par le SAAD -Service d’Aide et d’Accompagnement à Domicile- de l’Association est insuffisant et ne permet actuellement pas de couvrir les besoins des personnes handicapées retraitées.
 Quel avenir pour les personnes vieillissantes orientées en foyer de vie, au vu de la pénurie de places ? Actuellement, il faut attendre 4 à 5 années avant d’être admis en foyer de vie. Ces personnes sont maintenues en ESAT contre leur volonté, par défaut, le temps d’obtenir une place en foyer de vie. Certaines continuent à travailler en ESAT après 60 ans car elles ne trouvent pas de place en structure adaptée.

CONTACT : Hélène le Guellec - Adapei 56
2, Allée de Tréhornec BP 116, 56003 VANNES CEDEX
Tél. 02 97 63 36 36 - site : www.adapei56.com

Posté le lundi 19 mai 2014
©© eco-co-sol, article sous licence creative common (cc by-nc-sa) info