Le 9 avril à Roubaix, réunion publique de gestation du futur SEL de l’Union

Les SEL, une école de l’échange


Le 9 avril prochain aura lieu à la Maison des associations de Roubaix une réunion publique qui aura pour objectif de favoriser la naissance du futur SEL de l’Union, le SEL de Roubaix - Tourcoing et Wattrelos.

Lorsque celui-ci aura vu le jour, le département du Nord comptera une petite dizaine de SEL (voir liste ci-dessous) actifs. Quatre SEL sont en cours de création dans le Pas de Calais. A suivre...

Un article repris du site Nord-social, site d’informations sur l’économie sociale et solidaire publié sous licence Creative Commons, publié jeudi 2 avril 2009 par Alain Goguey

C’est en Ariège qu’est né, en 1994, le premier système d’échange local (SEL) [1]. Les SEL sont des groupes de personnes, constitués en associations, déclarées en Préfecture ou non, qui échangent des biens, des services et des savoirs. L’originalité du SEL, c’est que ces échanges sont non monétaires, c’est-à-dire qu’ils s’effectuent sans argent.

Il ne s’agit pas ici de troc car l’échange se fait à l’intérieur du groupe. Il ne s’agit donc pas d’une relation deux à deux mais d’un échange qui va impliquer un grand nombre de personnes, toujours dans une relation de proximité. Plus le groupe est important plus les possibilités d’échanges le seront. Ces possibilités dépendent à la fois des besoins exprimés par les « Selistes » et des offres de services, de savoirs ou de biens que ces mêmes « Selistes » peuvent offrir en retour.

Chacun propose des offres et des demandes en fonction de ses compétences et talents, de ce qu’il aime faire ou non, de ce qu’il a à échanger et de ce qu’il peut donner ou de ce dont il a besoin.

La mémoire des échanges et le catalogue

Les échanges sont comptabilisés grâce à une monnaie virtuelle : le "grain de SEL"(nom générique) ou "mémoire d’échange". [2] Cette unité de compte (ou "grain de SEL") est bien souvent en rapport avec le contexte socioculturel local (truffes en Dordogne, piafs à Paris, feuille, sourire…).

Tous les échanges se font de gré à gré après acceptation préalable par les deux parties de la valeur de l’échange. Je te donne cette paire de bottes dont je n’ai plus l’utilité contre 60 « feuilles ». Les échanges de services et de savoirs se font sur une base temps qui est à la fois fonction du temps passé mais qui peut être aussi forfaitaire. En général une heure = 60 grains de sel.

Chaque groupe tient tout à la fois un catalogue des offres et une comptabilité des échanges réalisés. Et ceux qui tiennent ces documents, qui assurent l’administration ou la trésorerie de l’association, qui alimentent le blog ou le site web de l’association, bénéficient d’un crédit de x grains de sel, qui a été calculé sur une base forfaitaire préalablement acceptée par tous. Car le SEL rend visible le bénévolat.

Pas besoin de disposer d’un stock de grains pour pouvoir échanger. Les comptes, créditeurs (ou "offreurs") ou débiteurs (ou demandeurs) , des « Selistes » sont régulièrement publiés : ils permettent de repérer d’éventuels abus mais surtout de voir ce qui s’est réellement échangé, ce qui peut donner des idées d’échange auxquels on n’avait pas pensé.

Sur le catalogue on trouvera par exemple des offres (ou des demandes) de petits travaux de bricolage (repeindre une clôture, retapisser une pièce…) de services (cours de guitare, d’espéranto, de Djembé, des heures de jardinage, du covoiturage…), de biens (un vêtement qui ne me sert plus …) ou de nourriture (des œufs…).

Des relations équilibrées

Les notions importantes, ce sont celles
- de l’échange, des relations humaines qui peuvent se tisser entre des personnes qui peuvent également prolonger l’activité du SEL par l’organisation de fêtes, de repas, de sorties…
- et de la démocratie participative car les tâches sont partagées.

Enfin le SEL suppose une relation équilibrée entre les personnes puisque chacun apporte et reçoit et qu’il n’y a aucune possibilité et aucun intérêt à thésauriser les grains de sel. D’ailleurs chaque groupe se fixe ses propres limites : à Pérenchies et Villeneuve d’Ascq par exemple, pas question de dépasser 3000 unités de compte en positif ou en négatif.
- Si c’est en négatif, cela signifie que l’on est sans cesse dans la demande jamais dans l’offre.
- Si c’est en positif, cela signifie que l’on offre toujours sans rien recevoir en échange. Les groupes veillent en général au bon équilibre des échanges pour éviter les abus. Et ils organisent parfois des « blés » (des braderies) qui peuvent donner l’occasion de remettre à zéro les compteurs de certains « Selistes ».

Les groupes doivent également être vigilants sur les problèmes de responsabilité. Comme il s’agit d’un échange de gré à gré, il vaut mieux éviter de demander des travaux trop compliqués ou dangereux qui pourraient poser de vrais problèmes judiciaires en cas d’accident. Car c’est l’assurance de responsabilité civile de chacun qui est engagée.

En principe, l’offre de services que l’on peut faire ne doit pas concerner notre propre activité professionnelle pour éviter les éventuels abus ou dérapages. L’électricien pourra donner des conseils en électricité mais n’aura pas le droit d’effectuer des travaux d’électricité dans le cadre du SEL. Dans tous les cas, un groupe a tout intérêt à pratiquer une totale transparence sur l’ensemble des échanges qui sont faits dans le cadre du SEL.

Lutte contre le gaspillage et pour le développement durable

Qu’on ne s’y trompe pas, le SEL ne constitue pas une réponse à l’augmentation du coût de la vie ni à la misère. Car ce ne sont pas forcément les plus pauvres, les plus précaires ou les exclus que l »’on retrouvera dans un SEL.

Mais le SEL peut permettre de lutter contre le gaspillage, de réduire certaines dépenses (ce peut être important pour les foyers ou les retraités dont les fins de mois peuvent parfois être difficiles), de contribuer au développement durable et à la préservation de l’environnement mais aussi de rompre l’isolement, de récréer le cas échéant du lien social.

Et de retrouver une certaine dignité. Ainsi la personne handicapée qui a besoin qu’on lui fasse son jardin sera-t-elle plus facilement encline à formuler sa demande puisqu’elle propose quelque chose en retour (des travaux de couture par exemple). « Avant je ne demandais rien, dit Brigitte, et je me sentais diminuée. Aujourd’hui je n’hésite plus car je sais que je peux rendre service moi aussi ».

Routes des SEL et des stages

- Et les rencontres annuelles des SEL ont permis de mettre sur pied la « Route des SEL » qui permet de se faire héberger chez un « Seliste », l’équilibre des échanges se faisant ici de SEL à SEL.
- Pour en savoir plus : http://www.route-des-sel.org/
- Ainsi que la Route des Stages qui permet d’apprendre toutes sortes de choses des techniques de constructions écologiques à l’art de cuisiner les fleurs.
- Pour en savoir plus : http://route.stages.free.fr/

Pour en savoir plus

Si vous voulez créer un SEL : s’adresser à arbresel@gmail.com ou à Christine Masounabe à l’APES (courriel : cmasounabe@apes-npdc.org)

Plus d’infos également sur le site de Selidaire http://www.selidaire.org

Dans la Région Nord Pas de Calais

- L’Arbre, SEL de Villeneuve d’Ascq Centre Social Centre ville rue des Vétérans 59650 VILLENEUVE D’ASQ Contacts Jean- Didier - Tél 03 20 04 65 12 Nicole - Tél : 03 20 41 13 39 Courriel : arbresel@gmall.com Site : http://www.arbresel.info Permanence : Samedi 10h-12h centre social du centre ville

- BaraSEL, SEL de Fives Ecole Bara 3, rue Cabanis 59000 LILLE Contact : Nicole - Tél : 06 81 68 82 05 Courriel : nicole.taquetleroy@gmail.com Site : http://barasel.weebly.com Permanence : permanence le vendredi 16h30 - 18h à l’école Bara

- Ch’ti SEL, SEL de Pérenchies chez Djamlla Hadadl 23, rue de Kemmel 59840 PERENCHIES Contact : Djamila Hadadi - Tél : 06 12 19 58 65 / 09 51 43 99 59 Courriel : chtisel@free.fr Site : http://chtisel.hautetfort,com

- RijSEL, SEL de Lille Café Citoyen 7, place du Vieux Marché aux Chevaux 59000 LILLE Contact : Christophe -Tél : 03 20 01 87 65 Courriel : contact@rijsel.org Site : http://www.rijsel.org Permanence : deuxième lundi du mois, 19h30 Café Citoyen

- SEL des Flandres, SEL de Dunkerque Maison de la vie associative Terre plein du jeu de mail 59140 DUNKERQUE Contact : Catherine Croibier - Tél 03.28 62.34 98 Courriel : scsdr-audit@wanadoo.fr Permanence : 1er vendredi de chaque mois à 18 Heures

- SEL des Saules, SEL de Buysscheure Chez Patrick Chatelals 460, Pauwer Straete 59285 BUYSSCHEURE Contact : Patrick Chatelais - Tél 03 28 43 07 21 Courriel : pchatelais@aliceadsl.fr Permanence : 2éme lundi du mois à 19H30 à la cantine de l’école du village

- SEL des Sorcières, SEL de Hazebrouck et environs 48, rue de la passerelle 59190 MORBECQUE Contact André Bertrand - Tél 06 23 53 35 80 Courriel : eric.bourton@gmail.com

- Futur SEL de l’Union, SEL de Roubaix, Tourcoing, Wattrelos Une réunion publique se tiendra le jeudi 9 avril 2009 à 19 h à la Maison des Associations, 24 Place de la Liberté à Roubaix

[1En fait c’est le deuxième, mais c’est le premier à avoir fait l’objet d’une médiatisation.

[2La "mémoire d’échange" est l’autre nom de la monnaie

Posté le samedi 4 avril 2009