Les Grands Voisins : entrepreneurs et préaires pour l’innovation permanente


Depuis 2015, le site de l’ancien hôpital Saint-Vincent-de-Paul à Paris (14e) est devenu à la fois le territoire d’innovation de 250 structures sociales et solidaires, un lieu de vie pour les 600 habitants en centres d’hébergement, et un lieu de vie ouvert aux Parisiens. L’heure du bilan est arrivée : fin 2017, les Grands Voisins doivent quitter les lieux, qui leur étaient alloués temporairement dans l’attente de lourds travaux de restructuration en nouveau quartier.

Une ville dans la ville

Dans l’enceinte du site de 3,4 hectares, des bâtiments des années 70, des pavillons du début du siècle dernier et de petits espaces verts se succèdent. association Association Définition d’hébergement et d’insertion Aurore, Plateau Urbain, coopérative Coopérative Une coopérative est un groupement d’individus (commerçants, consommateurs, producteurs…) choisissant de mettre leurs moyens en commun afin de satisfaire leurs besoins. d’urbanisme spécialisée dans l’occupation temporaire, et l’association Yes We Camp, qui œuvre pour le développement et la coordination de projets éphémères.

A la rentrée 2017, ce sont 1000 personnes qui travaillent dans l’une des 250 entreprises des Grands Voisins ou dans son espace de co-working. Leurs domaines d’activités sont divers : économie circulaire économie circulaire Définition , inclusion sociale, culture, citoyenneté, environnement, bien-être… Ce sont des associations, des artistes, des start-ups, des artisans. Depuis l’hiver 2013, le site accueille également un puis plusieurs centres d’hébergement. Initialement, l’ouverture du centre ne devait durer que quatre mois, puis elle a été prolongée. Aujourd’hui, ce sont six centres d’hébergement spécifiques, représentant 600 personnes acceuillies. Les Grands Voisins, c’est aussi une programmation à destination du grand public : festivals, marchés, conférences et rencontres… et des lieux de vie : café, restaurant, camping, jardins partagés, médiathèque, cinéma et boutiques.


Créer de la mixité… grâce à la confiance

Comment ces activités diverses peuvent-elles contribuer à l’insertion des personnes hébergées sur le site ? Philippe Provot, qui y est hébergé depuis la fin de l’année 2013, explique : « Il y a beaucoup d’opportunités pour se mélanger ici, avec toutes les activités artistiques ou associatives, les événements. Au début, lorsque le site à ouvert à d’autres structures que l’hébergement, les habitants avaient peur qu’on les catégorise et qu’on les exclut. Mais à force de côtoyer les personnes qui travaillent ici, on commence à jouer un rôle par exemple dans un projet artistique… et puis on se sent soutenu. Lorsque j’ai commencé à montrer mes dessins, plusieurs artistes résidents m’ont poussé à exposer avec eux. Ça a fonctionné, j’ai vendu mes quatre œuvres dès le vernissage de l’exposition. Et aujourd’hui j’expose dans une galerie, à l’extérieur des Grands Voisins. »

Plutôt que de créer une méthodologie spécifique pour créer les conditions de la rencontre et de la mixité sociale, les Grands Voisins se sont appuyés sur la confiance. « Faire confiance, laisser faire les autres quand ils ont envie de mettre en œuvre un projet, faire soi-même ce qu’on se sent capable de faire, » résume Aurore Rapin de Yes We Camp. Les propositions sont ainsi devenues autant de nouveaux petits dispositifs : des supports d’informations réguliers à destination de tous (La Lettre des Voisins) ou spécifiquement des habitants, création d’une « Cafét’ mobile » et d’un « Barbecue mobile », mise en place du café La Lingerie qui propose le café à prix libre deux matins chaque semaine et utilise un système de cafés suspendus, création d’une galerie d’art…

En perpétuelle évolution, ces dispositifs ont contribué à créer de la mixité sur le site. June Allen, artiste installée sur le site depuis 2015, s’en félicite : « Au début, la mixité, c’était plus compliqué. Aujourd’hui, tout le monde se parle et se rencontre. Seul bémol : nous sommes si nombreux maintenant sur le site qu’il n’est plus possible de tous se connaître, contrairement à quand nous n’étions que 100. C’est un peu frustrant… » Les différents petits dispositifs en faveur de la mixité sur le site sont actuellement recensés afin de venir nourrir le site internet des Grands Voisins et fournir des retours d’expérience. L’automne 2017 est en effet leur dernière saison, après plus de deux ans d’ouverture au public : le site doit être restructuré en éco-quartier de 600 logements, dont la moitié de logements sociaux. Les résidents commencent à partir, selon les opportunités immobilières qu’ils ont pu trouver. Certaines structures cherchent à conserver l’esprit des Grands Voisins et cherchent des locaux mutualisés à plusieurs.


« Faire effet levier » et contribuer à essaimer

Si aujourd’hui, aucune solution n’est évoquée pour reloger l’ensemble des structures et des habitants dans un autre site commun, Plateau Urbain et Yes We Camp sont régulièrement sollicités par des porteurs de projets qui ont envie de « recréer » des Grands Voisins ailleurs en France. « La première chose qu’on leur dit, c’est : Il ne faut pas penser que vous pourrez copier-coller ce qui se passe ici. Chaque projet doit s’adapter à son contexte, » tempère Jean-Baptiste Roussat de Plateau Urbain. C’est le cas par exemple à Besançon, où un hôpital deux fois plus grand que Saint-Vincent-de-Paul vient de fermer…

« Ce qui sous-tend le projet dès le départ, ajoute Aurore Rapin, c’est de montrer que les personnes hébergées, les entreprises sociales et les visiteurs peuvent se rencontrer et qu’un centre d’hébergement en centre-ville est une véritable opportunité. » Pari réussi ? « Aujourd’hui, l’association Aurore est contactée par des professionnels de l’immobilier pour installer des centres d’hébergement au sein de projets immobiliers de grande ampleur. Ce que nous faisons ici, aux Grands Voisins, montre que c’est possible. » La preuve par l’exemple que l’innovation sociale transfigure les lieux laissés vacants pour y inventer de nouvelles façons de vivre. Et contribue, grâce à ces deux ans d’expériences, à préfigurer l’avenir du quartier.


Photos : Le Labo de l’ESS ESS Qu’est-ce que l’Économie sociale et solidaire (ESS) ?
Définition et présentation de cette économie différente, socialement utile, coopérative et ancrée localement

Cet article est repris du site http://www.lelabo-ess.org/les-grands-voisins-entrepreneurs-et-preaires-pour.html
Posté le mardi 3 octobre 2017
©© eco-co-sol, article sous licence creative common (cc by-nc-sa) info