Le tourisme solidaire : une affaire de liens


Le tourisme responsable a réussi à faire parler de lui comme on parle du commerce équitable. Il obtient les suffrages des voyageurs par les valeurs qu’il défend : respect de l’hôte, de sa culture, de son environnement. Si on le confond encore trop souvent avec du volontariat ou de l’humanitaire, il développe des pratiques et propose des services de plus en plus recherchés pour les curieux de rencontres...

Un article de Julia Lopez / Scop La Péniche repris du site Rhône Solidaires, magazine de l’économie sociale et solidaire du Rhône

Une demande croissante pour d’autres formes de tourisme

Il semblerait que 90 % des français attendent de leurs vacances un contact avec les populations locales et que la plupart d’entre eux ont le souci de respecter l’environnement, même en plein dépaysement. Selon une étude initiée par la SNCF, 6 français sur 10 ont tendance à confondre tourisme responsable avec séjour humanitaire ou bénévolat. Or le tourisme solidaire n’entend pas faire de l’humanitaire mais établir un échange juste entre l’hôte et le voyageur. Bâtis sur des principes proches de ceux du commerce équitable, le tourisme solidaire assure une répartition plus équitables des ressources qu’il génère. Les populations locales sont impliquées dans la définition et la mise en œuvre du projet touristique.

Favoriser les liens avant tout

Il n’est pas nécessaire de partir loin pour être dépaysé. Voyager moins loin répond aussi à un souci écologique, véritable défis (transport aérien et ses émissions de Co2) du voyage responsable. Responsable, solidaire ou encore durable, le touriste qui se cache en chacun trouvera sans mal les vacances qui lui conviennent.

Certains opérateurs établissent leur propre synthèse soulignant la nécessité d’une préparation au voyage, la rencontre avec les associations locales, la prise en compte de l’environnement, la répartition des bénéfices et l’implication des acteurs locaux dans l’organisation.

Et que ce soit à l’autre bout du monde ou dans la vallée voisine, les associations regorgent d’idées et de propositions pour répondre à vos attentes.

  • En Rhône-Alpes, le Réseau Départ est la structure ressource sur la question, il rassemble une dizaine d’associations présentes sur la région.
  • Il est bien venu de citer ici, un autre site ressource, celui de l’association Echoway dont la mission est d’informer tous les voyageurs sur les lieux d’accueil du tourisme équitable, solidaire, écologique, l’écovolontariat et de les sensibiliser au « voyager responsable ».
Posté le dimanche 19 juillet 2009
©© eco-co-sol, article sous licence creative common (cc by-nc-sa) info