La « Maison des Babayagas » à Montreuil, de l’utopie à l’innovation sociale


La première pierre de la « Maison des Babayagas », une maison de retraite, a été posée le 15 octobre à Montreuil, non loin de la mairie, lançant la construction officielle d’un projet qui sera achevé fin 2012.

Cette maison (dans les contes russes, Baba-Yaga est une vieille sorcière, mangeuse d’enfants, mais aussi une guide dispensant ses sagesses) comptera 25 logements et sera exclusivement destinée aux femmes âgées.

La « Maison des Babayagas » à Montreuil, de l'utopie à l'innovation sociale

Un article repris de la lettre d’information n°902 26 octobre 2011 de Grandes Villes Hebdo.

L’histoire

Créée en 1999, l’association de la « Maison des Babayagas » s’est constituée autour d’un projet original et novateur : celui d’une résidence pour personnes âgées auto-gérée, solidaire, écologique et citoyenne. A l’origine, des militantes animées par le même désir de vieillir autrement et d’inscrire leur cheminement jusqu’à son terme dans un compagnonnage solidaire.
DR

Le concept

Le concept de ce lieu de vie : l’autogestion des résidents, basée sur l’entraide et la solidarité, avec l’idée que des personnes peuvent collectivement prendre en charge leur vie dans un espace totalement ouvert sur la ville et la société.
Cette initiative pose un regard différent sur le vieillissement en considérant en premier lieu les capacités d’intervention et d’autonomie de chacun et non ses fragilités et ses dépendances.

Thérèse Clerc, présidente de l’Association de la « Maison des Babayagas », souligne : « nous sommes actuellement 17 millions de plus de 60 ans et nous représenterons un tiers de la population en 2050. Le gouvernement ne pourra pas tout gérer, il faut inventer d’autres solutions pour accompagner le vieillissement ».

Ce projet est réalisé avec de nombreux partenaires dont les deux principaux sont la Mairie et l’Office public de l’habitat de Montreuil.

La résidence

Les 25 logements de la résidence répondent aux critères du label Qualitel BBC Effinergie (Bâtiment Basse Consommation), auquel s’ajoute l’obtention de la Certification Habitat et Environnement pour réduire au maximum les charges locatives. Elle est composée de deux bâtiments avec des ouvertures à l’Est, l’Ouest et le Sud qui permettent une exposition maximale à la lumière naturelle.
Les logements sont entièrement adaptés aux personnes âgées : douches, barres d’appui, dégagements pour les déplacements en fauteuils etc.

Un projet innovant sur le plan social

Les "Babayagas", l’OPHM, la ville de Montreuil et les partenaires financiers ont travaillé à un véritable projet d’innovation sociale pour aboutir à cette construction, en plein coeur de la ville. Le projet est cité à titre d’exemple dans toute l’Europe, notamment dans le monde de l’habitat. Il est tout particulièrement :

- intergénérationnel : les locataires s’apportent une aide quotidienne mutuelle : les plus jeunes aidant les plus âgées. En outre, sur les 25 logements, 4 seront dédiés à des jeunes gens pour développer le principe intergénérationnel d’entraide et de solidarité ;

- économique : en contribuant au fonctionnement interne de la résidence, les locataires limiteront le recours aux services à la personne payants, réduisant d’autant les dépenses et les frais personnels ;

- ouvert sur l’extérieur : le lien social sera favorisé par la mise en place d’activités culturelles et sociales pour les habitants du quartier. Des locaux communs associatifs, situés au rez-de-chaussée, sont prévus pour favoriser les rencontres avec les habitants. Un jardin potager viendra compléter l’ensemble pour l’organisation d’activités de jardinage ludiques ou pédagogiques.

Etre Babayaga : trois fondamentaux

La « Maison des Babayagas » n’est surtout pas une maison de retraite, mais une maison où vivront une vingtaine de femmes âgées sous le régime de la solidarité, de l’autogestion, de la citoyenneté autour de trois fondamentaux : la santé, la vie chez soi et la vie collective.

« C’est une immense joie et une grande fierté de voir enfin cette idée se concrétiser, après tant d’années à y réfléchir », a déclaré Thérèse Clerc, l’une des fondatrices de la Maison des femmes de Montreuil.

De nombreux financeurs

La diversité des financeurs, pour un budget de l’opération de 3 900 000 euros, atteste de l’intérêt porté au projet, des trois niveaux de collectivités territoriales à l’Etat, en passant par nombre d’organismes qui ont versé une subvention.
- Maître d’ouvrage :
Office Public de l’Habitat Montreuillois - Tél : 01 48 58 36 68
- Maître d’oeuvre :
Atelier « Jade » et « Sami Tabet » - Tél : 01 53 80 46 89
- Contact :
Mairie de Montreuil, Diane Gallais, Chargée des relations presse - Tél : 01 48 70 61 22

http://www.grandesvilles.org/

Posté le jeudi 27 octobre 2011
© Droits réservés
© copyright auteur de l'article