L’association Altercarto stimule et équipe l’innovation sociale

par Romain

Et si en fin de compte l’innovation sociale consistait à transformer notre relation à l’environnement social, économique, naturel ?

De l’usage raisonné des technologies démocratiques

Des quartiers de la ville de Lyo, au Forum Social Mondial de Tunis, en passant par les bureaux du Programme des Nations Unies pour le Développement au Caire. Ou de l’Agence nationale pour l’amélioration des conditions de travail (Anact) qui travaille de concert avec la Maison territoriale de l’emploi et de la formation du Val de Lorraine, au réseau national de vigilance et de prévention des pathologies professionnelles, en passant par les terres viticoles du pays Beaujolais ; la question de l’accès raisonné aux données statistiques localisées se pose de manière prégnante.

Ces situations ont ceci de commun qu’elles révèlent des fractures économiques, sociales, techniques, culturelles, qui tiennent la société civile à distance des savoirs experts mobilisés par les acteurs publics ou privés, dans la formalisation et de la résolution des problèmes qui la concernent.
Alors même que, souvent, une résolution efficiente des problèmes aurait besoin des savoirs produits par la société civile, pour comprendre les situations et penser l’action. Et que, symétriquement, la société civile a besoin de s’approprier les savoirs académiques et experts pour se transformer, orienter son action et contribuer au débat public.

Cette transaction sur les savoirs, nécessaire pour incarner les données, enrichir leur contenu, les replacer dans un contexte, et même pour les produire, est au cœur des enjeux d’un développement équitable. C’est pourquoi Altercarto plaide pour une politique publique d’OpenData qui ne se limiterait pas à la publication de données, mais contribuerait aussi au développement de pratiques d’appropriation par les acteurs (associations, citoyens, travailleurs, chômeurs, partenaires sociaux, élus, professionnels de l’action publique...)

Construire concrètement des pratiques délibératives : la médiation des cartes

Pour contribuer à équiper la société civile, Altercarto déploie des outils d’accès (outils de visualisation cartographique interactive ; diffusion des données localisées…). Elle se base pour cela sur l’application web collaborative de cartographie statistique SuiteCairo.fr. Tous les outils et productions d’Altercarto sont distribués sous licence publique générale GNU GPL.

Mais au-delà des seuls aspects techniques, Altercarto développe des méthodes délibératives ouvertes visant à renouveler l’action collective, en problématisant et contextualisant les enjeux. Cela concerne les acteurs publics mais aussi privés (Responsabilité sociale, développement solidaire, contrepouvoirs, dialogue social territorial…).

Les procédés d’Altercarto sont basés sur l’enquête et l’exploration collective, mobilisant l’imaginaire des participants et leur expérience du territoire. On se met d’accord pour explorer des préoccupations communes. On discute la géographie pertinente (maille, périmètres, échelles). On formule des hypothèses sur les situations et sur les phénomènes. On recherche les données qui peuvent les représenter avec plus ou moins de succès. On met en scène ces données sur les cartes. On explore les cartes collectivement (on quitte la réalité vécue pour « monter » sur la carte). On reformule des hypothèses et ainsi de suite. On consigne le travail pas à pas, pour mieux le partager, mais aussi pour mieux le traduire en logiques ou stratégies d’action (redescendre de la carte vers le monde réel).

Il s’agit de faire équipe dans cette pratique, même si l’on a de nombreux désaccords au départ. Ce faisant, on a des chances de mieux comprendre en construisant collectivement une connaissance basée sur des savoirs et sur l’expérience des situations. Et donc des chances de susciter un pouvoir d’agir plus commun parce que mieux raisonné.

Cet article est repris du site http://www.lelabo-ess.org/?L-association-Altercarto-stimule

1 photos

Posté le vendredi 7 mars 2014
©© eco-co-sol, article sous licence creative common (cc by-nc-sa) info