Bilan d’activité Wiki-Brest 2007/2008

L’accompagnement de proximité


B - L’accompagnement : un élément incontournable du projet

1 - En proximité : les ateliers Wiki-Brest

Les premiers pas sur Wiki-Brest

L’accompagnement de proximité s’est révélé indispensable dès le début du projet. Tout le monde n’a pas le même rapport avec les Technologies de l’Information et de la Communication, il semble donc important d’apporter aux contributeurs un même niveau d’information afin de chacun puisse effectuer ses premiers pas sur le site avec un maximum d’aisance.

En général, toute personne ayant quelques connaissances de base en ce qui concerne l’utilisation de l’informatique et, après avoir bénéficié d’accompagnement dans le cadre d’un atelier réussit à publier un contenu assez aisément sur Wiki-Brest. Mais l’appropriation peut se révéler plus difficile pour des publics éloignés de ces outils et l’accompagnement sera plus important.

Les ateliers sont organisés à la demande de structures intéressées, mais très souvent les animateurs du projet sont pro-actifs en contactant directement une structure qui met en place une initiative ayant sa place sur Wiki-Brest en terme de valorisation de l’action menée.

Parfois, un premier atelier est organisé pour présenter le projet dans son ensemble dans un lieu proche de la structure afin que chacun comprenne bien les objectifs et la philosophie du projet.

Enfin, si cela n’a pas pu être fait lors du premier contact, un second atelier est proposé pour apprendre à utiliser le site et y publier du contenu.

Des supports d’aide sont distribués à toutes personnes participant aux ateliers Wiki-Brest, ces fiches sont également disponibles depuis le portail d’aide sur le site. (Cf annexes N°2 à N°7 « Les fiches d’aide »)

Une fois les ateliers dispensés, l’animatrice propose un suivi de proximité. Elle propose de rencontrer à nouveau les personnes qui souhaitent avoir un atelier complémentaire pour assimiler au mieux les usages liés à l’outil ou de développer leurs compétences. L’animatrice offre également ses services par téléphone ou mail si une personne se trouve en difficulté technique. Ces ateliers sont l’occasion d’aborder différentes notions importantes concernant l’écriture sur le web.

Une sensibilisation aux contenus ouverts

Le site Wiki-Brest a fait le choix de privilégier les contenus ouverts, tout en laissant la liberté au contributeur parmi un panel de licences autorisées.

Il est important d’apporter aux contributeurs une connaissance sur les notions de propriété intellectuelle. De multiples questions sont posées par les utilisateurs lorsque la notion d’image est abordée. Le public ne maitrise pas forcément tous les tenants et aboutissants du principe de propriété intellectuelle. Il est donc nécessaire d’initier les personnes publiant sur Internet au respect des règles en la matière et de favoriser la libre circulation des données à travers des licences ouvertes qui tendent vers des biens communs.

Bien que financés par l’argent public, nombre de sites de collectivités territoriales, d’études, de données publiques, de productions des acteurs des services publics sont mis en ligne avec un "copyright" qui n’en permet pas une réutilisation :

- pourtant la plupart des informations sur ces sites sont de nature publique ;

- pourtant leur réutilisation telle quelle et avec la signature dans une autre publication ne peut qu’augmenter la diffusion de l’information publiée.

L’extension des biens communs et l’accès partagé de tous aux biens informationnels publics est un enjeu de société face à la concentration des services sur quelques moteurs de recherche, l’envahissement de la publicité, la collecte des données personnelles privatisées sans que

l’on en connaisse l’usage.

Cet enjeu global rejoint aussi celui de la diffusion du logiciel libre ou des formats ouverts. Le renforcement du droit d’auteur devient un instrument de défense des sociétés de diffusion de musique ou de films ou d’enrichissement des éditeurs de logiciel et de revues scientifiques en situation de quasi-monopole ; de même que le régime des brevets conduit à un dépouillement des découvreurs au profit de multinationales.

La société a beaucoup à gagner à mettre en biens communs des données publiques, qu’elles soient d’intérêt général (comme les recensements, les données cartographiques et les études thématiques) ou plus locales sur le vivre ensemble et la connaissance partagée d’un territoire.

La licence par défaut d’un article publié sur Wiki-Brest est la licence GFDL. L’objet de cette licence est de rendre le document « libre » au sens de la liberté d’utilisation, à savoir : assurer à chacun la liberté effective de le copier ou de le redistribuer, avec ou sans modifications, commercialement ou non. En ce qui concerne les images la licence conseillée est la licence Creative Commons BY-SA, qui autorisera la modification et la réutilisation dans d’autres publications, à condition que l’auteur soit cité et que la licence ne soit pas changée. (Source a-brest.net).

Certains articles qui évoquent un souvenir, qui apportent un témoignage sont des contributions individuelles. Une licence qui n’autorise pas la modification du contenu sera alors placé en bas d’article, cette licence n’empêchant pas la réutilisation de l’ article. Il en va de même pour les entretiens et interviews qui sont un rapport entre deux individus et ne pourra être modifié par une tiers personne, la licence choisie sera la Creative Commons BY-ND.

Une sensibilisation au droit à l’image

Il est également constaté que les contributeurs sont soucieux du respect du droit à l’image et se posent plusieurs questions sur le sujet. Lors de ces ateliers, des réponses sont apportées sur la législation en vigueur, à savoir qu’une personne photographiée devra donner son accord avant de se voir publier sur Internet. A contrario, si la personne se trouve associée à une manifestation publique il ne sera pas nécessaire de lui demander l’autorisation avant de mettre la photographie sur Internet. Par contre, l’accord des parents devra toujours être contracté avant de publier le visage d’un enfant sur le web.

Une sensibilisation à l’identité numérique

Les ateliers d’initiation Wiki-Brest sont aussi une occasion de réfléchir avec les contributeurs au moment du choix d’un identifiant lors de leur inscription dans le projet.

A la différence des médias plus anciens qui "perdent" la mémoire (un évènement qui fait l’objet d’un article de presse devient moins accessible avec le temps, consultable aux archives du journal par exemple), un évènement inscrit sur un média Internet risque d’avoir une durée de visibilité très grande et rester accessible très facilement au plus grand nombre.

Le pistage d’un individu qui intervient sur un média Internet peut être extrêmement facile si celui-ci n’y fait pas attention. Dans certain cas, il peut être voulu par l’individu en question.

Attirer l’attention des contributeurs sur le fait qu’ils ont à gérer le degré de transparence entre leur activité sur internet et leur vie réelle (situation comparable à l’utilisation d’un nom de plume) et qu’ils vont se situer dans un cadre d’écriture publique qui est différent de celui d’une conversation privée est important.

L’essentiel est qu’entre transparence et anonymat les contributeurs agissent en toute connaissance de cause.

Services gratuits ?

Ces ateliers sont aussi l’occasion de se poser des questions sur les plateformes d’échange mis à la disposition des internautes dans le cadre du Web 2.0. Ce n’est pas forcément la même chose d’intervenir sur une plateforme collaborative proposée par une collectivité territoriale comme Wiki-Brest, dans le cadre d’un projet piloté par une fondation sans but lucratif comme Wikipédia ou sur les plateformes proposées par des entreprises commerciales (Flickr, Youtube, Dailymotion, Facebook, Myspace, etc...)

Rien n’est totalement gratuit, dans un cas c’est le contribuable qui paye, dans un autre ce sont des donateurs qui assurent le fonctionnement du service, dans le troisième cas le modèle économique peut être plus compliqué : il s’agit souvent d’occuper le terrain pour asseoir des notoriétés de marques ou de grands groupes, Flick->Yahoo, Youtube->Google, Facebook->Microsoft etc..., permettant de vendre de la publicité aux professionnels. Il y a même eu des tentatives de commercialisation des données personnelles.

Quelques liens illustratifs :

Encore une fois, les différentes entités mettant ce type d’outils à disposition des internautes peuvent avoir des objectifs propres parfaitement légitimes, ce qui importe c’est que le contributeur puisse se déterminer en connaissance de cause.

En résumé, plusieurs points sont abordés au cours des ateliers et qui nécessitent souvent une double intervention.

une partie introductive qui situe le projet dans le contexte de la société de l’information (enjeux et acteurs dans le domaine des technologies de l’information, place de la collectivité initiatrice, articulation entre salariés et bénévoles).

une partie pratique et technique (syntaxe utilisée par le logiciel MediaWiki et particularités de fonctionnement d’un site collaboratif ouvert).

70 ateliers Wiki-Brest dispensés

Afin de tendre vers une appropriation de l’outil collaboratif près de soixante-dix ateliers ont été organisés dans des lieux et avec des structures très variés :

  • Mairie de l’Europe,
  • Espace multimédia de Saint-Renan,
  • Office des Retraités Brestois,
  • MPT du Guelmeur,
  • Association Envol,
  • Association Aux Marins,
  • Centre Social de Kérangoff
  • Dastum,
  • Musée des Beaux-Arts,
  • Ecole Saint-Sauveur,
  • Chorale fraises de Plougastel,
  • Bibliothèque d’étude
  • ...

Il est parfois arrivé que les animateurs du projet interviennent au domicile de particuliers. Ce genre de cas peut se produire si le public visé n’est associé à aucune structure de quartier et si le projet valorisé ne concerne aucun groupe constitué mais au contraire un travail individuel. Ce cas s’est manifesté lors d’une rencontre d’un couple de retraités à une manifestation. Il a fait savoir qu’il disposait d’un travail de modélisation de lieux brestois d’une très grande richesse. Ces personnes ne valorisant d’aucune manière leur travail, il leur a été proposé de mettre en lumière leurs productions par le biais du wiki.

Sur un ensemble de 70 ateliers, près de la moitié (34 ateliers) ont débouché sur des productions concrètes à savoir ajout de photos ou création d’articles en dehors de l’atelier. Une des principales raisons annoncée pour expliquer la carence de production de la part des utilisateurs est le manque de temps au sein de leur fonction. (Cf annexe N°8 « Liste des ateliers »)

Retour à l’article général : Bilan d’activité Wiki-Brest 2007/2008

L’adresse originale de cet article est http://www.a-brest.net/article5193.html
Posté le mercredi 22 juillet 2009
©© eco-co-sol, article sous licence creative common (cc by-nc-sa) info