Kawaa : accélérateur de lien social !


Kawaa est né d’un constat simple : malgré notre hyper connectivité, nous vivons dans une société qui a du mal à créer du lien social. C’est pourquoi Kevin André, fondateur de Kawaa a voulu remédier à la solitude ambiante en créant en 2014 « une start-up dont le but est de préserver le lien social ». Il se tourne naturellement vers le statut d’entreprise de l’ESS ESS Qu’est-ce que l’Économie sociale et solidaire (ESS) ?
Définition et présentation de cette économie différente, socialement utile, coopérative et ancrée localement
et obtient l’agrément ESUS pour « marquer le fait que notre but est prioritairement et avant tout d’être utile ».


Kevin André choisit le nom de « Kawaa » en référence au café qui est, rappelle t’il «  le lieu par excellence dans la société française où l’on créer du lien » mais aussi « un haut lieu de la démocratie » puisque dans un certain nombre de pays c’est là que « se fomentent les révolutions ».
Fort en symboles, Kawaa a donc pour objectif premier de favoriser la création d’événements à l’échelle locale pour que les gens puissent se rencontrer dans des lieux de convivialité afin d’échanger autour de sujets importants pour eux et pour la société. Les échanges prennent le plus souvent la forme de débats et en cela, Kawaa fait partie de l’écosystème des civic tech, ces organisations qui contribuent à penser la démocratie autrement et proposent des innovations démocratiques.

De la plateforme numérique au lieu physique

Les activités de la start-up sont diverses mais se focalisent autour de trois modalités d’actions : la première est une plateforme numérique mise à disposition des partenaires et des citoyens. Elle permet de créer des événements, de trouver des lieux et de communiquer sur ces événements voire même de mettre en relation des personnes souhaitant organiser un même événement.


Mais Kawaa va plus loin en accompagnant aussi ses partenaires sur l’organisation d’événements (format, animation, communication, formations…). Ils ont notamment travaillé avec la Mairie de Paris pour organiser la « Nuit des débats » suite aux attentats du 13 novembre 2015 pour « proposer aux parisiens et aux parisiennes de se rencontrer et de débattre dans les cafés car c’est un moyen de résistance politique que d’être dans un café et d’avoir le droit d’échanger » affirme le fondateur qui rappelle que ces cafés ont justement été la cible des attentats. Kawaa organise également avec de nombreux partenaires le « Printemps citoyen » où le plus grand nombre est invité à organiser et/ou à participer à des débats dans toute la France sur des sujets de société très divers. Ainsi que le Social Fest, évènement grand public dédié à faire découvrir l’Economie Sociale et Solidaire.

Enfin, en 2019, l’entreprise devrait lancer ses propres « Kawaa » qui seront des lieux physiques avec une forte programmation événementielle et des facilités pour que les associations puissent organiser des événements. Pour ce faire, la start-up entend développer un modèle de lieux réplicable notamment pour des villes moyennes où «  les centres-villes sont en perte d’attractivité et ont des commerces qui ferment, afin de redonner de la vie aux cœurs de ville. » s’enthousiasme Kevin André.


Un réel acteur de la gouvernance Gouvernance Définition participative.

Parmi ces partenaires, Kawaa travaille avec plusieurs mutuelles pour « les aider à repenser, ré-inventer, trouver de nouveaux usages à leur vie démocratique » explique le fondateur. Le modèle mutualiste est très moderne mais il est aujourd’hui trop souvent vu comme un simple moyen de se faire rembourser ses frais de santé. C’est là que Kawaa intervient car «  si on veut embarquer les jeunes générations il faut aussi raconter une histoire différente, débattre et mettre un peu de culture et de convivialité ». Kawaa s’emploie donc à repenser les modes de participation au sein des mutuelles par l’accompagnement de temps de gouvernance formelle (AG, approbation des comptes…) par des temps plus informels.

Au-delà des possibilités qu’offrent les outils numériques (vote en ligne, consultation des membres…), la start-up croit réellement en l’organisation de rencontres physiques et utiles (sur des questions de santé, de prévoyance, des aidants…) à l’échelle locale pour développer une plus large participation au sein des mutuelles. Chez Kawaa on voit le numérique comme un outil qui bouscule et modifie les manières de faire mais qui ne se substitue en aucun cas au présentiel. Au contraire, il permet de réinventer les temps physiques et c’est bien là le cœur de métier de la start-up du lien social.

Rassembler dans la diversité !

Si Kevin André fait le parallèle entre les activités de Kawaa et les gilets jaunes qui se rassemblent sur des ronds-points, il n’en reste pas moins que la start-up cherche également à rassembler des gens différents comme on le ferait dans un café « qui est aussi un lieu dans lequel n’importe qui se sent autorisé à passer la porte, où l’on voit des gens en bleu de travail comme en costard » raconte le fondateur qui ajoute que « c’est de plus en plus rare car on est dans un monde de marketing et de segmentation, notamment sur Internet, cela se ressent aussi malheureusement dans les lieux ». C’est pourquoi Kawaa réalise un gros travail pour aider à sortir de l’entre-soi et aller à la rencontre de l’autre, de la différence même si « c’est de loin le sujet le plus compliqué ».

Pour cela, Kawaa emploi la méthode de la « reliance des îles » qui cherche non pas à fusionner des îles mais plutôt à les relier entre elles. Ainsi, l’entreprise rassemble différentes personnes dans un même lieu autour d’événements qui les concerne. L’enjeu sera de les faire rester sur place après l’évènement pour qu’elles se mélangent, d’où l’importance du présentiel et du lieu de rencontre. La plus grande fierté de Kevin André est d’ailleurs d’avoir constitué de manière spontanée une équipe salariée d’une douzaine de personnes cohérente avec les valeurs de l’entreprise – notamment la fraternité – composée de personnes allant de 18 à 57 ans avec des orientations sexuelles différentes, des origines différentes, des convictions religieuses différentes et même la parité !


Re-créer du lien social dans le monde du tout numérique et ré-inventer échanges et débats pour une meilleure démocratie et plus de fraternité, souhaitons une Longue vie à Kawaa et au lien social !

Pour tout savoir de Kawaa, rendez-vous sur leur site Internet

Rédaction : Sophie Bordères
Crédit photos : Kawaa

Image 1 : Rencontre Kawaa
Image 2 : Capture d’écran de la plateforme numérique
Image 3 : Rencontre Kawaa
Image 4 : L’équipe salariée

Cet article est repris du site http://www.lelabo-ess.org/kawaa-accelerateur-de-lien-social.html
Posté le mardi 11 juin 2019
©© eco-co-sol, article sous licence creative common (cc by-nc-sa) info