Bilan des échanges

Journée "monnaie locale" à Morlaix


Journée "monnaie locale" à Morlaix

Le 30 mai dernier, le collectif monnaie locale du Pays de Morlaix et l’ADESS ont accueilli Philippe Derudder, auteur, consultant et spécialiste des alternatives économiques, de la réforme du système monétaire et de l’accompagnement des projets de monnaie locale.

« Après-midi avec les étudiants de Suscinio : qu’est ce que la monnaie ? »

L’après-midi, une rencontre a été organisée auprès de 2 classes de BTS Gestion et Protection de la Nature au Lycée de Suscinio. La rencontre a permis à Philippe Derudder d’exposer aux élèves présents la réalité de la monnaie, cet outil dont on se sert tous les jours sans toujours savoir d’où il vient ni à quoi il sert. La monnaie a-t-elle de la valeur en elle-même ? Pourquoi a-t-on besoin de la monnaie, à quoi sert-elle ? Peut-on créer de la monnaie ?

Ces questions ont guidé la présentation de P. Derudder auprès des étudiants et les échanges qui s’en sont suivis.

"Soirée Rencontre : Quelle monnaie locale pour le Pays de Morlaix ?"

Dans la soirée, une rencontre publique a été proposée à l’Auberge de Jeunesse.
Une vingtaine de participants ont assisté à la présentation de P. Derudder, qui a présenté les grandes lignes du fonctionnement d’une monnaie locale, et a resitué la mise en place de monnaies locales au coeur d’enjeux économiques et politiques :

  • mettre la monnaie au service de l’économie réelle, à l’heure où 3% des échanges mondiaux sont injectés dans l’économie réelle et 97% sont basés sur la spéculation. Une monnaie locale circule à 100% au sein de l’économie réelle d’un territoire.
  • relocaliser l’économie et favoriser les circuits courts, à l’heure où les territoires sont aujourd’hui de plus en plus désertifiés économiquement. Une monnaie locale s’utilise sur un territoire donné et vise à développer les échanges de proximité entre consommateurs et producteurs, entreprises, commerçants.
  • mettre la monnaie au service du soutien d’actions et projets locaux et éthiques. Lorsque les adhérents d’une monnaie locale changent leurs euros contre de la monnaie locale, ces euros sont placés sur un compte dans une banque éthique. Les adhérents peuvent décider collectivement d’investir cet argent pour soutenir des projets locaux. Entre ces euros investis et la monnaie locale qui circule, on double donc la quantité de monnaie mise au service de l’économie locale.
  • se réapproprier la monnaie en en modifiant notre représentation  : la monnaie n’a pas de valeur en soi, elle est un outil d’échange de biens et de services qui se base sur la confiance que s’accordent entre eux ses utilisateurs. Une monnaie locale n’est pas faite pour être accumulée, elle est faite pour circuler et permettre les échanges.

Suite à cette présentation, les participants ont échangé en petits groupes sur différentes questions visant à concrétiser le projet de monnaie locale sur le Pays de Morlaix :

— > à quelle échelle imaginons-nous développer cette monnaie, comment pensons-nous favoriser son implantation ?

— > quels valeurs voulons-nous défendre à travers cette monnaie ?

— > quelles activités/prestations/services voulons-nous pouvoir payer avec cette monnaie, sous quels critères ?

Les échanges ont été fructueux et ont fourni un ensemble d’éléments de réflexion au groupe de pilotage qui se réunira début juillet afin de définir un plan d’action à partir de ces contributions.

Le Compte-Rendu de la réunion sera prochainement disponible.

Posté le mardi 25 juin 2013
©© eco-co-sol, article sous licence creative common (cc by-nc-sa) info