Interview sur le devenir des AMAP avec Denise Vuillon , agricultrice et auteure


Lors de son passage à Brest en Janvier 2012, Denise Vuillon nous a accordé une interview autour de son parcours et de l’histoire des AMAP.

Retrouvez le document sur ofipo.org

Plusieurs temps d’échanges* ont été proposés pour discuter du sens des AMAP aujourd’hui, des gardes fous et des précautions nécessaires à la mise en œuvre d’un tel projet. Plus largement, nous pourrons discuter de l’agriculture péri-urbaine, de la diversité des produits issus du maraîchage, des circuits courts...

Dates

  • Mercredi 25 janvier 2012 de 15:00 à 17:00 – Salle B10 Hôtel de communauté (à confirmer)
  • Mercredi 25 janvier 2012 de 18:00 à 19:30 – Dialogues Brest (29)
  • Jeudi 26 janvier 2012 de 10:00 à 12:00 – Salle Chertemps – Mairie Brest

Aujourd’hui les AMAP commencent à être connues et identifiées par le grand public comme un moyen de participer au développement local des territoires, de reprendre la main sur son alimentation et de créer du lien social.

Une interview de Denise Vuillon


Réalisation Tristan CAILLER
Mise en Ligne http://oufipo.org

Les AMAP

Les Associations pour le Maintien de l’Agriculture Paysanne se fixent pour objectif de créer du lien entre producteurs et consommateurs sur un territoire. Les consommateurs s’engagent à acheter la production du paysan à un prix juste et équitable. Au delà, il s’agit de participer ensemble à la dynamique d’un territoire.

Depuis 10 ans, les AMAP se sont beaucoup développées. Il existe aujourd’hui plusieurs réseaux recensant les initiatives sur les territoires.

Quelques exemples de réseaux

D’après le site de CréAmap, les porteurs de projets d’AMAP et les producteurs doivent s’entendre pour "partir de ce qu’il est possible de produire et consommer localement et écologiquement". Le groupe doit travailler sur la "conscience du possible", il faut passer du « consommateur roi », « je le vaux bien » à la solidarité avec soi et les autres.
Enfin, il faut prendre conscience des difficultés pour sortir de l’uniformisation, de l’efficacité, des normes, du pouvoir des experts pour réinventer les règles d’un vivre ensemble solidaire et le respect du vivant.

Ça veut dire concrètement :

  • Relocaliser la nourriture et stopper l’hémorragie des paysans.
  • Réinstaller des paysans nourriciers sur des terres fertiles en assurant les conditions économiques de leur activité = circuit local de consommateurs responsables.
  • Une reprise par les citoyens du pouvoir sur leur propre vie à travers une expérience de solidarité et de partage.
  • Construire sur les valeurs du Partage et du lien.

Cet atelier sera l’occasion de discuter autour de ces questions.

Une rencontre à la librairie Dialogue a permis de présenter l’ouvrage



En 2001 est créée l’AMAP (Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne […]
Cet ouvrage étudie les étapes pratiques de la création, définit l’éthique indispensable et amène méthodiquement les futurs partenaires à mettre en place leur alternative économique. Des témoignages d’expériences viennent l’enrichir.

Cela c’est déroulé le Mercredi 25 janvier 2012 dans le cadre des Rencontres Dialogues et des Rdv de l’ESS

Présentation des Olivades

texte rédigé à partir d’extraits du site http://olivades.com

Située dans une zone urbaine près de Toulon, le site est exploité depuis la Révolution française, voir bien avant. Dans les années 70, les Olivades diversifient les productions vers le débouché de consommation locale. [...] La production était alors écoulée sur le marché de gros de Toulon.

À la retraite de son père, Daniel Vuillon aidé de Denise récupére l’exploitation. Denise s’occupait alors du point de vente ouvert en 1987 sur place, alors que le reste de la production était distribué aux super et hypermarchés de la zone Ouest de Toulon par des livraisons journalières.

La vente directe exigeait la biodiversité  ; cette exigence se transforma en passion par la découverte des courges puis des tomates.

Il a fallu attendre la fin des années 90 avec l’insécurité alimentaire pour que le consommateur se tourne vers les fruits de cette biodiversité. [...].

Fin 99, Daniel et Denise Vuillon découverent le concept Community-supported agriculture(Amap) à New-York lors d’un voyage chez une de leurs filles, Edith.

En avril 2001, le couple met en pratique ce système en partenariat avec le groupe de consommateurs d’Aubagne, pionnier en France.

Aujourd’hui les Olivades comptent :

  • 8 ha de plein champ : arbres fruitiers et légumes
  • 1.5 ha de serres : abris pour les primeurs et les productions fragiles

L’Amap a permis de pérenniser 3 emplois salariés.

Depuis 2003 toute la production des Olivades est distribuée entièrement aux 3 groupes de l’Amap des olivades.

[...]
Pour en savoir plus :

Les Amap sur Brest

Posté le mardi 27 mars 2012
©© eco-co-sol, article sous licence creative common (cc by-nc-sa) info