Interview de Jean Claude Levy : "L’économie circulaire en question"


Interview de Jean Claude Levy :
Jean-Claude Levy est historien, géographe et spécialiste de la Chine ; En octobre dernier, il a reçu une mission d’un an sur l’économie circulaire par Pascal Canfin, Ministre délégué auprès du Ministre des affaires étrangères, chargé du Développement en tant que conseiller spécial auprès du Délégué pour l’Action Extérieure des Collectivités Territoriales. Il nous donne quelques éclairages sur l’économie circulaire.
 
1/ Qu’est ce que l’économie circulaire ?

« L’économie circulaire est un mode de développement économique basé sur la prise en considération du flux des matières, qui exige le respect des principes écologiques et une utilisation rationnelle des ressources naturelles pour assurer un développement durable. Ce type de développement est principalement basé sur l’application des 3R dans le traitement des déchets (réduction, réutilisation, recyclage). L’éco conception en est néanmoins un véritable préalable pour emprunter le moins à la nature et lui rendre le plus, dans les limites thermodynamiques des flux de la matière. En regard de l’évolution des écosystèmes, l’économie circulaire ne saurait advenir enfin sans considérations d’ordre social et sans planification territoriale écologique.
 
2/ Quels sont les bénéfices économiques de l’économie circulaire ? Ce secteur est-il créateur d’emplois ?

La question des bénéfices est une vraie question. Les expériences les plus évoluées dans ce domaine n’ont à ma connaissance pas apporté la réponse. Nous ne disposons ni de bilan financier ni de bilan matière même pour des projets assez vastes car on se heurte à des questions de méthodologie. En termes d’emplois, le problème est le même. Comment évaluer la seule part de l’économie circulaire ? Mais l’Ademe communique sur un potentiel en France de 3 à 400.000 emplois liés à l’économie circulaire.
 
3/ Peut-on quantifier le poids de l’économie circulaire dans l’économie française ?

Et non, on ne connait pas aujourd’hui le poids économique de l’économie circulaire qui s’en tient pour beaucoup à la problématique des seuls déchets. Il faudrait additionner l’écologie industrielle (la cogénération en est un exemple très intéressant) mais aussi les projets agroalimentaires avec la biomasse et la méthanisation. Il y a un vrai chantier devant nous parmi lesquelles la planification territoriale et l’écologie industrielle ont un rôle important à jouer.

4/ Quels sont les leviers à lever pour favoriser sa croissance ?

Aujourd’hui, les blocages sont principalement économiques, politiques et organisationnels. Pour favoriser sa croissance, il faut miser sur la Recherche & Développement et la planification territoriale dans laquelle des acteurs privés interviennent avec parfois des intérêts financiers aux antipodes de ces objectifs. De cette façon, comment les stratégies politiques peuvent lever ces contradictions ?
 
5/ Vous parlez des nouvelles technologies et de leur rôle notamment en Chine dans la mise en place des outils pour l’économie circulaire. Qu’en est-il en France ? Leur développement est-il suffisant pour favoriser l’économie circulaire ?

Scientifiquement, on a toutes les cartes pour jouer et aller dans le bon sens mais on fait face à un manque de connexions, de passerelles entre les différents domaines à mettre en lien. Il faut mettre en place une véritable stratégie organisationnelle pour interconnecter les différents éléments qui composent l’économie circulaire.
 
6/ Quelle échelle de gouvernance vous semble la plus pertinente pour mettre en place un système d’économie circulaire. L’échelle locale et les collectivités territoriales doivent-ils y tenir un rôle de premier plan ?

A l’horizon 2050, près de 75% de la population mondiale vivra en ville. L’ « écoville », l’ « éco quartier » ou encore l’agglomération se traduisent aujourd’hui par des pouvoirs locaux qui pèsent de plus en plus au niveau national et international dans ces systèmes enchevêtrés donc oui, l’échelle territoriale est importante du fait de son fonctionnement actuel. Les échelles de la gouvernance d’un système d’économie circulaire correspondent il me semble à des niveaux d’organisation enchevêtrés, du local au global.

Jean-Claude Levyest membre du comité d’experts de l’Institut de l’économie circulaire


Cet article est repris du site http://www.institut-economie-circulaire.fr/Interview-de-Jean-Claude-Levy-L-economie-circulaire-en-question_a440.html
Posté le mardi 4 février 2014
©© eco-co-sol, article sous licence creative common (cc by-nc-sa) info