Entretien avec Jean-Louis Cabrespines, nouveau président du Conseil national des chambres régionales de l’économie sociale (et solidaire)


Entretien avec Jean-Louis Cabrespines, nouveau président du Conseil national des chambres régionales de l’économie sociale (et solidaire) : l’atlas de l’ESS, les plate forme Cres, les Etats généraux

A Nantes, le 21 octobre, les Etats généraux de l’économie sociale et solidaire devraient être lancés à l’occasion du Congrès du CNCRES.

Création de "plates formes locales par région".

Un article de Jean-Paul Biolluz repris de Nord Social Info-mardi 20 juillet 2010 par Jean-Paul Biolluz

Elu pour 4 ans à la présidence du Conseil national des chambres régionales de l’économie sociale (et solidaire), Jean-Louis Cabrespines, y occupait auparavant le poste de vice-président. Il prend ses fonctions à un moment important pour l’avenir de l’économie sociale et solidaire, en faveur de laquelle les chambres régionales ont décidé de continuer à se mobiliser lors de leur assemblée générale du 15 juin. Deux objectifs ont été mis en avant. La création dans toutes les régions françaises d’observatoires de l’économie sociale et solidaire, et la proposition de mettre en placed ans chaque région de plates-formes de soutien au développement de l’économie sociale et solidaire.

Jean-Louis Cabrespines est, par ailleurs, président de la Chambre régionale d’économie sociale et solidaire de Bourgogne et secrétaire de la Ligue de l’enseignement en Côte d’Or.

Le nouveau président du CNCRES a accordé une interview à Nord-social.info.

Nord-social.info : quelles sont les perspectives d’actions qui se sont dégagées lors de l’assemblée générale du CNCRES du 15 juin ?

Jean-Louis Cabrespines : « Continuer à développer le réseau des chambres régionales de l’économie sociale et solidaire avec l’objectif de faire valoir de plus en plus l’économie sociale et solidaire dans les territoires. C’est l’axe de développement retenu par les participants à la réunion du 15 juin ».

Nord-social.info : L’implantation d’un observatoire de l’économie sociale et solidaire dans toutes les régions est à l’ordre du jour ?

Jean-Louis Cabrespines : « C’est effectivement une proposition de la dernière assemblée générale. Il existe aujourd’hui un observatoire national et 16 observatoires régionaux. Nous souhaitons que dans un an, il y ait un observatoire dans les 26 régions françaises. »

Nord-social.info : quel est le rôle de ces observatoires ?

Jean-Louis Cabrespines : « Il y a quelques années, on ne savait pas de quoi et de qui était faite l’économie sociale et solidaire. On savait qu’elle regroupait coopératives, mutuelles, associations et fondations, et ça s’arrêtait là ». « On n’avait donc aucune visibilité sur ses aspects quantitatifs, ni sur ses aspects qualitatifs. Dans quels secteurs d’activités est-elle plus particulièrement développée ? »

Nord-social.info : comment avez-vous procédé pour améliorer la situation ?

Jean-Louis Cabrespines : « Les classements de l’INSEE n’étaient pas suffisamment explicites. On a travaillé deux ans avec l’INSEE pour définir de nouvelles nomenclatures permettant une meilleure connaissance des activités et des entreprises de l’économie sociale et solidaire. Ce travail nous a permis de mettre en évidence le fait que l’économie sociale et solidaire représente 10% de l’économie française. » « Par ailleurs, ce travail nous a permis d’éditer un Atlas de l’économie sociale qui comporte tous les chiffres clefs et qui a défini : les secteurs d’activités, les populations qui composent ces secteurs d’activités. Cet un ouvrage de référence que l’on peut trouver sur le site du CNCRES ( www.cncres.org) ». « La mission Vercamer s’est servi des chiffres de l’Atlas lors de l’écriture du rapport sur l’économie sociale et solidaire remis, ce printemps, au Premier Ministre pour éclairer le poids des entreprises de l’ESS sur le territoire ».

Nord-social.info : quel est l’intérêt de disposer de ces chiffres ?

Jean-Louis Cabrespines : « Cela permet une meilleure visibilité de l’économie sociale et solidaire. Par ailleurs, cela permet, également, de rendre plus fines les analyses. Actuellement, nous sommes attentifs aux évolutions en fonction de la crise, et les chiffres récoltés permettent de mieux les cerner. ». « Nous pouvons, grâce à ces données estimer la pérennité des entreprises dans le temps. On veut savoir, dans la mesure où des entreprises, ou des secteurs d’activités de l’économie sociale et solidaire dépendent de financements hybrides, conjuguant revenus propres et subventions, quels sont les effets de la crise et de la diminution de certaines subventions ».

Nord-social.info : et quelles sont ces évolutions ?

Jean-Louis Cabrespines : « Le taux de croissance des entreprises de l’économie sociale et solidaire est de +5%, alors que celui des entreprises non sociales est de 1%. Ce sont ces chiffres qui ont attiré l’attention de François Fillon, qui dans la lettre de mission au député Francis Vercamer a demandé de verifier le poids de ce secteur de l’économie de proximité plutôt créateur d’emplois ».

La mise en musique des acteurs locaux

Nord-social.info : vous évoquez la création dans chaque région de plates-formes de soutien au développement de l’économie sociale et solidaire ?

Jean-Louis Cabrespines. « Les CRESS ont deux missions. Elles représentent les acteurs de l’économie sociale et solidaire dans les négociations et les discussions. Elles ont également un rôle de développement et de promotion dans les territoires. Par ailleurs, elles sont au service des acteurs de l’économie sociale et solidaire. Pour assurer ce service, les CRESS qui le souhaitent vont créer dans leur région des plates-formes pour le développement de l’économie sociale et solidaire ».

Nord-social.info : quel sera le rôle de ces plates-formes ?

Jean-Louis Cabrespines : « Lorsqu’une demande, une idée émerge en faveur d’un projet ou du développement d’activités de l’économie sociale et solidaire, nous ne disposons pas de lieu où puisse être engagé l’ensemble des démarches de soutien. Il existe des services, mais ils ne sont pas toujours coordonnés. L’idée est donc, que les CRESS aient un rôle de synergie entre les différentes structures afin de faciliter les réponses aux besoins des acteurs de l’économie sociale et solidaire . Le rôle des CRESS sera la mise en musique des acteurs locaux. »

Nord-social.info : De quelles manières interviendront ces plates- formes ?

Jean-Louis Cabrespines : « Il faut noter ici que les CRESS agiront systématiquement en subsidiarité, c’est-à-dire qu’elle ne feront pas à la place de leurs adhérents. Par exemple en matière de création d’activité, elle renverront les porteurs de projets vers leurs adhérents de type Pôle d’Economie Solidaire, Boutique de gestion, coopérative d’activité et d’emploi, Union régionale des SCOP et des SCIC… »

« Ainsi, si quelqu’un veut créer une entreprise, de l’activité, de l’emploi, un partenariat sur un territoire, la CRESS va intervenir. Il n’est pas question d’apporter des réponses clefs en main. Mais, il sera possible d’organiser un tour de table avec tous les acteurs susceptibles d’apporter un soutien. Le rôle de la CRESS s’identifiera à une mise en musique des acteurs locaux ».

Nord-social.info : Au-delà de ce soutien, la plate-forme aura-t-elle d’autres ambitions ?

Jean-Louis Cabrespines : « Dans certains territoires, où il manque des services, la plate-forme de développement de l’économie sociale et solidaire pourra favoriser des créations et des outils nouveaux ». « Mais, il n’est pas question de concurrencer nos propres acteurs. Il s’agit d’aider à la création d’activités nouvelles, d’aider à la mise en relation, d’aider en mobilisant les réseaux ».

Nord-social.info : Cela correspond aux agences annoncées dans le rapport Vercamer ?

Jean-Louis Cabrespines : « En effet, en 2010, la mission Vercamer préconise une coordination et une animation du développement économique de l’ESS par les CRESS. Cet axe est un objectif fort de développement des CRESS pour aider davantage au développement de l’ESS ».

« C’est bien cette idée qui est développée à travers la notion d’agence contenue dans le rapport Vercamer. Le député de Roubaix nous a demandé de formaliser notre proposition et a repris celle-ci dans son rapport. D’où une certaine convergence. Mais, nous préférons parler de plate-forme que d’agence ».

Nord-social.info : D’autres questions ont été abordées lors de cette assemblée générale ?

Jean-Louis Cabrespines : « Nous avons également évoqué le prochain congrès des chambres régionales de l’économie sociale et solidaire qui se déroulera à Nantes, le 21 octobre ».

« A cette occasion, les congressistes débattront sur la question de l’utilité sociale, sous deux aspects ».

« Sur la notion de label d’entreprise sociale qui est avancé, on a des interrogations. On préfère parler d’un label de l’entreprise de l’économie sociale ».

« Par ailleurs, avec la CPCA et l’USGERES, on propose la création d’une reconnaissance (qui pourrait éventuellement prendre la forme d’un label) qui parte des indicateurs définissant l’utilité sociale, et notamment, la performance économique, la performance sociale, la performance environnementale, et la démarche démocratique ».

« Ce Congrès aura deux moments forts, au-delà du regroupement et de la réflexion collective des CRESS : il s’agira de déclarer l’ouverture du Mois de l’ESS qui se déroulera en novembre 2010 dans toutes les régions, à l’initiative des CRESS et l’ouverture des « Etats Généraux », dans la suite des travaux engagés le 29 septembre prochain lors des ateliers des Etats Généraux présidés par Claude Alphandery ».

Propos recueillis par J.-P. BIOLLUZ

Posté le jeudi 29 juillet 2010
©© eco-co-sol, article sous licence creative common (cc by-nc-sa) info