Forum "Circuits Courts et de Proximité"

Ecouter l’atelier : "Ecomobilité, une autre manière de se déplacer"


Les échanges de cet atelier ont permis de présenter des offres d’intermodalités pour différents publics. Plusieurs enjeux ont été avancés et en particulier un fort besoin de sensibilisation et d’accompagnement des personnes au changement pour montrer qu’une offre multimodale est un atout pour l’attractivité d’un territoire.

Retrouver dans ce article 1h20 d’échanges sélectionnés en 5 parties (introduction et définition, sensibilisations des publics , Politiques publiques et adaptation du territoire à la relocalisation de activités)

Ecouter l'atelier : "Ecomobilité, une autre manière de se déplacer"

Face au enjeux du développement durable et à la problématique de l’étalement urbain, les territoires ont besoin de nouvelles initiative en matière d’écomobilité favorisant l’intermodalité et les déplacements alternatifs.

Questions posées

Comment l’ESS peut-elle contribuer au développement des déplacements collaboratifs (emplois, statuts juridiques...) ?

  • Comment l’ESS peut-elle contribuer à la professionnalisation du secteur ?
  • Quelle est la valeur ajoutée de l’ESS ?
  • Comment provoquer la rencontre entre l’offre et la demande ? La rencontre entre les différentes offres ?
  • L’économie du partage appliquée au secteur du transport et de la mobilité. Quelle viabilité

Intervenants

  • Association en Route Pour l’Emploi (aide à la mobilité), association qui œuvre pour favoriser la mobilité des personnes en insertion professionnelle sur le pays de Brest : N.Foussard
  • Bureau d’étude ALTERMODAL, département Transports et Déplacements INDDIGO, conseil et ingénierie en développement durable : Mathilde Delepine
  • Brest Courrier à vélo , premier service de coursier à vélo à Brest : JF. Le Strat

Contributeurs (dans la salle)

  • AB Services Création : prêt de matériel aux créateurs d’activité.
  • Association Don Bosco : plan déplacement entreprise.

Ecoutez l’atelier

Première partie

MP3 - 15.9 Mo
Ecomobilité
Présentation des participants 12 min

Deuxième partie Définition des déplacements collaboratifs

"L’écomobilité et l’économie sociale et solidaire, presqu’un plénoasmame" P.Coquillaud - Assocaation Brest à pied et à vélo.

Déplacement collaboratif = Transport en commun, covoiturage, autopartage. Le vélo à plus à voir avec l’intermodalité. Le déplacement collaboratif concerne tous les transports

L’idée est de se dire comment utiliser autrement la voiture qui est possédée de façon individuelle. Et cela dans une optique environnementale et sociale.

Idée mise en pratique : le stop pour aller au boulot ! Pour aller à Thales...Cela donne de meilleures performances que le bus. C’est solidaire et alternatif. Pouquoi pas mettre une aire de stop à usage unique !

Il existe un site de covoiturage dédié aux salariés du Technopole

Point stop covoiturage, covoiturage spontannée notamment dans des zones d’activités avec un point d’arrêt. C’est organiser de l’auto-stop !

L’idée sur Brest métropole océane serait d’avoir une maison du vélo et l’enjeu est d’arriver à cristalliser les acteurs. Je vois par cela une connexion à moyen terme. Michel JOANNY

Les contraintes dans l’activité des structures présentes :

En route pour l’emploi : pour des publics avec des freins multiples (Chômage longue durée...) qui ont des représentations différentes des militants (ex : quête pour avoir un véhicule à soi !). Ce qui importe c’est le prix et peut importe si il y aura des surcoûts.

La propriété privée est une forme de reconnaissance au delà de l’autonomie de la personne pour se déplacer. On voit là le paradoxe entre l’autonomie et les coûts.

Collectivement il ne faut pas rater l’accès de ces publics aux déplacements alternatifs. Il faut travailler sur ces idées qui apportent plus de difficultés pour les personnes.

Don Bosco : l’auto école sociale s’adresse à des publics en difficulté qui peuven trouver plus qu’un permis de conduire : Feu Vert mobilité. Ceci dit, le permis reste un point de passage fort pour l’insertion professionnelle.

AbService Création : le Prêt de matériel avec accompagnement (public en difficulté en insertion) : véhicule à disposition pendant un certain temps permettant de créer des réserves pour un achat ultérieur. Les attentes du créateur dans ce schéma reste d’acquérir vite un camion pour obtenir la reconnaissance sociale avec son logo.

Nous avons un autre dispositif, Service Plus Matériel pour un jeune créateur (H/F) qui a acquis un véhicule qui peut tomber en panne. On met à disposition un véhicule de replacement.

Dans l’année de création, on peut aider sur la logistique particulière (ex : pret d’un véhicule plus grand).

Il s’agit un peu d’auto partage.

MP3 - 15.9 Mo
Ecomobilité
Part 2

Troisième partie Intermodalité et politiques publiques

Aude LE GUEN Conseillère Régionale et citoyenne d’un territoire. Que ce passe-t-il dans les milieux très très ruraux ? (réseaux de cars rapides et performant, mais cela n’est pas parfait avec les horaires fixes.)

Il existe un service de transport à la demande mais il reste des trous à combler.
Le réseau BRUDED a mené des expériences sur ce domaine des transports.

Un auto-stop pourrait être organisé mais il y a un besoin de sécurité et de service public. Il fautdrait aller au delà de la charité avec une indemnité donné au conducteur. Il existe des initiatives. Le Pays de Quimperlé à fait un travail là dessus.

Pour le TER, n’oublions pas l’avant TER et l’après TER. Il faut une interconnexion entre les usages. Le passager occasionnel n’est pas toujours au courant des horaires...

Il y a un travail en cours avec les communautés d’agglo pour adapter des pôles multimodaux.

Lever des freins
Bureau d’étude ALTERMODAL : nous avons à travailler sur les représentations et les habitudes des usagers (salariés...) ainsi que la perception des transports alternatif (covoiturage et le temps d’attendre, vélo et la météo...).

La collectivité peut travailler sur le volet de la sensibilisation et l’intermodalité. Expliquer qu’au delà de la création de service, qu’il est possible de panacher les moyens de transport. (ex : tram et stationnement vélo). Ce travail permet de faire tomber des a priori

Brest Courrier à vélo : ici les habitudes sont différences. Ce service existe déjà dans les grandes agglomérations. L’offre est là et le temps va aider à s’installer. Modérateur : il est préférable de se situer dans une intermodalité.

Tout le monde peut gagner à développer les échanges et le partage.

BAPAV : plusieurs freins au changement de modèle. La sensibilisation passe par l’essai ! Il est possible d’aller voir les jeunes (école, collège et même lycée). Il faut aussi rendre facile l’utilisation d’autres modes de transport (billettique et information)

Souvent les usagers ont un fort besoin d’information qui peut être facilement transmis. Or dans leur environnement, l’information ne passe pas. Il y a donc un accompagnement à faire dès le plus jeune âge.

Ne pas oublier l’accompagnement. Pour le vélo, on peut faire u coaching individuel en accompagnent la personne sur les premiers jours pour trouver un itinéraire alternatif. Pour les transport en commun, ce peut être proposer un ticket hebdo pour prendre les transports en commun.

MP3 - 16.8 Mo
Ecomobilité
Part 3 politiques publiques, sensibilisation et accompagnement

Partie 4

Les personnes âgées et la communication pour les citoyens et salariés)

Betton - Service transport’âge : prise à domicile de personnes peu mobiles. Fonctionnement par des bénévoles avec accès à coût réduit (2€). Sur la ville de Betton et touche 30 personnes. Association Relais Service.

Notons le dédommagement de 2 € qui évite l’effet charité. Il est donc important de transmettre la notion de service.

La sensibilisation demande récurrence (ex:pédibus). La sensibilisation pourrait être institutionnalisée pour facilité les messages. Le covoiturage est aussi écologique.

MP3 - 13.9 Mo
Ecomobilité
Part 4 Sensibilisation et communication

Partie 5

L’adaptation au territoire et la relocalisation de l’économie.

la reproductibilité n’est pas assurée d’une commune à l’autre. (ex : comment aller à la plage sur une commune littorale ?). Il faut donc éviter les idées toutes faites.

L’impulsion peut venir des collectivités territoriales (ex : voir Strabourg)

Comment remettre en cause le modèle de développement qui impose des déplacements importants. Le travail transversal en circuits courts aidera.

Au delà de la localisation économique, notons la pression des prix de l’immobilier qui amène des gens à partir en périphérie où les modes alternatifs sont moins présents.

A l’inverse, sur Brest métropole océane nous avons une part importante de personnes qui doivent aller travailler à l’extérieur (car il y a un taux important de logement pas chers à Brest)

Pour la sensibilisation, à BAPAV nous allons faire des balades urbaines.

Zénius Expérience à Nantes pendant qq mois, des volontaires sont recrutés pour laisser la voiture au garage et tenter la multimodalité (autopartage, VLS)...Avec une forte campagne de communication avec de plus en plus de prétendants pour faire partie de l’expérience. L’impact peut être important mais la mise en place n’est pas non plus à négliger. Ceci permet de montrer qu’il est possible de réellement s’adapter aux besoins. Développer une palette de déplacement.

Il serait aussi possible de valoriser les efforts des gens en terme d’empreinte écologique (indexer

Conclusion/actions : Créer des temps d’échange plus approfondis avec des actions en liées.

MP3 - 12.3 Mo
Ecomobilité
Part 5 sensibilisation toujours et une piste d’action

Retrouver l’espace wiki de cet atelier

Posté le mardi 4 décembre 2012
©© eco-co-sol, article sous licence creative common (cc by-nc-sa) info