Économie sociale et solidaire, des emplois qui ont du sens


A l’occasion du prochain Forum des métiers et de l’emploi dans l’ESS qui se tiendra à Villeurbanne les 27 et 28 février prochains, rhone-alpesolidaires revient sur les contours de l’emploi dans le secteur au moment où l’année s’annonce difficile sur la question.

Pour bien préparer le Forum, retrouvez dans cet espace les dernières informations concernant l’emploi dans l’économie sociale et solidaire rhonalpine.

Un article de Sylvain Bouchard repris du site Rhône-Alpes Solidaires, magazine de l’économie sociale et solidaire en Rhône Alpes

On le sait peu mais 10 % des emplois en France se trouvent dans une association, une coopérative ou une mutuelle. En Rhône-Alpes, on retrouve la même proportion de ces emplois qui ont du sens. Revue d’effectifs.

Rhône-Alpes sociale et solidaire

210 000 salariés, plus de 20 000 employeurs, l’économie sociale et solidaire (ESS) de Rhône-Alpes recouvre une multiplicité de secteurs et de métiers. Insertion, santé, culture sport, mutuelles, banques, environnement, ONG... La palette est large et les métiers très variés, du conseiller mutualiste à l’animateur socio-culturel, en passant par le responsable logisticien, le charpentier ou l’informaticien. Tous les profils trouvent à s’employer dans l’économie sociale et solidaire.

La région Rhône-Alpes est un territoire où les activités ESS se sont développées de longue date. Les Canuts de Lyon par exemple ont été à l’origine d’une des premières mutuelles et de la première coopérative au XIXe siècle. Aujourd’hui la région regroupe 11 % de l’ensemble des établissements employeurs ESS du territoire français. L’implantation varie cependant selon les zones. Ainsi dans le pays d’Oyonnax, l’ESS représente 3 % des effectifs salariés contre17,6 % dans le territoire de Crest-Die. Les emplois se concentrent dans les départements les plus urbanisés : les trois métropoles de la région (Lyon, Grenoble et Saint-Étienne) regroupent ainsi un peu plus de la moitié des emplois ESS en Rhône-Alpes.

L’emploi autrement

Ces structures ont en commun une autre philosophie de l’économie. L’enjeu est moins de réaliser des profits que de développer des services pour la population tout en réinvestissant massivement les éventuels excédents dans le développement de l’activité. Gestion désintéressée des associations et mutuelles, management participatif des coopératives, le fonctionnement des structures de l’économie sociale et solidaire crée des emplois qui ont du sens au service d’activité qui placent l’humain au cœur de l’économie et jouent la carte de la solidarité, de la proximité et du développement local. 60 % de l’effectif salarié de l’ESS en Rhône-Alpes travaille ainsi dans les secteurs de l’éducation, de la santé et de l’action sociale.

Mais l’économie sociale et solidaire c’est aussi des secteurs émergents sur des thématiques qui s’adaptent aux nouveaux besoins. Le développement de l’éco-construction, le succès de la consommation responsable et des finances solidaires doivent beaucoup au dynamisme des réseaux de l’économie sociale et solidaire. Autant d’opportunité de trouver un métier qui permette de réaliser ses aspirations.

Les secteurs qui embauchent

Malgré la conjoncture difficile, l’économie sociale et solidaire demeure un vivier d’emplois. Plus gros employeurs du champ, le secteur sanitaire et social continue de recruter de façon importante et notamment dans le secteur des services à la personne où les besoins sont importants. Les mutuelles d’assurance ont également un fort besoin de profils commerciaux. Le secteur de l’animation, du sport et des loisirs constitue aussi un débouché important même si les postes proposés sont souvent plutôt saisonniers ou à temps partiel. Avec un rappel ; la croissance de l’emploi est plus rapide dans le secteur associatif que dans l’ensemble de l’économie.

Pour aller plus loin

Posté le samedi 24 janvier 2009
licence de l’article : Contacter l’auteur