Une interview de Yannick Brabancon, président du CN-CRES

Donner plus de visibilité à l’économie sociale


Interview réalisée à l’occasion des assises du Ceges qui se tenues à Bagnolet le 1er octobre 2008.

Un article repris du site Nord-social, site d’informations sur l’économie sociale et solidaire publié sous licence Creative Commons

jeudi 2 octobre 2008 par Alain Goguey

Partout en France, novembre sera le mois de l’économie sociale et solidaire ? Quel est l’objectif de ce label ?

Il y a cinq ans maintenant, la CRES Paca avait créé un événement qu’elle avait appelé « mois de l’économie sociale ». L’idée c’était de rassembler dans un mois, sous un label commun les actions qui étaient réalisées par différents acteurs de l’économie sociale. Cette manifestation a bien fonctionné et trois ou quatre autres CRES ont repris cette idée qui a ensuite été développée au sein du conseil national des CRES, dans le cadre d’une réflexion sur la politique de communication, la stratégie de l’économie sociale pour se faire connaître.

Les CRES se sont alors dit qu’il fallait généraliser ce mois de l’économie sociale et solidaire à ’ensemble du territoire, ce qui sera fait en novembre, puisque vingt CRES de la métropole y participent. Cette année aura donc lieu la première édition, au niveau national, de ce mois de l’économie sociale.

L’objectif est triple :

- Premier objectif : l’économie sociale et solidaire est peu ou mal connue. Bien souvent on ne parle pas de l’économie sociale et solidaire. Comme Monsieur Jourdain et la prose, on fait de l’économie sociale et solidaire sans trop le savoir. L’idée est donc de communiquer autour de l’économie sociale et solidaire, de faire parler de l’économie sociale dans un temps relativement court. Il s’agit de relayer et de booster l’économie sociale et solidaire au niveau national avec un logo commun. Ce logo sera présenté par le Ceges à la conférence européenne de l’économie sociale qui aura lieu à Strasbourg fin novembre.

Selon les régions, ce mois aura des durées variables : il y a des régions où il commencera le 15 octobre et d’autres où il se terminera le 15 décembre.

- Le deuxième objectif, c‘est faire connaître ce qui se fait dans l’économie sociale et solidaire. Il y a une dynamique dans l’économie sociale et solidaire dont on n’a pas toujours souvent conscience. Bref il s’agit, au travers de ce mois, de lui donner un peu plus de lisibilité.

- Le troisième objectif est lié au fait que les chambres de l‘économie sociale sont souvent largement aidées par l’Etat, les conseils régionaux et généraux, les agglos, les pouvoirs publics en général. Ce mois sera également une façon de dire et de montrer à nos partenaires, notamment financiers, que l’argent investi dans le développement territorial, dans des actions sur l’emploi, a une traduction concrète dans la réalité.

A quoi va servir cet observatoire de l’économie sociale et solidaire que vous avez décidé de promouvoir ?

La démarche est la même : un aller-retour entre la base et le sommet. Depuis quelques années, certaines CRES (Paca, Aquitaine, Rhône-Alpes…) ont mis en place des observatoires régionaux de l’économie sociale.

Le constat que l’on fait, c’est que l’on est incapable de savoir et de dire qui on est et ce que l’on fait. Sur un plan statistique, il n’y avait pas au niveau de l’INSEE de nomenclature précise de l’économie sociale. Notre premier travail a été, avec la DIIESES et l’INSEE, de travailler à un périmètrage de l’économie sociale, de se mettre d’accord sur ce que l’on doit prendre en compte et comment le prendre en compte… Ce travail fait, il faut maintenant mettre en place et généraliser dans les régions cet observatoire. Là encore il s’agit de donner plus de visibilité à l’économie sociale pour que l’on sache de quoi on parle.

Et pour ce qui est du qualitatif, il s’agit de savoir quel type d’emplois il y a dans l’économie sociale. S’agit-il d’emplois précaires ou pérennes ? Est-ce que l’on est en accord avec nos principes, notamment en termes de gouvernance d’entreprise ?

Des études avaient déjà été réalisées dans certaines régions. L’intérêt sera de pouvoir disposer d’informations de ce type et d’analyses à la fois pour chacune des régions mais pour l’ensemble du territoire national, ce qui nous permettra d’avoir une vision plus claire de ce que pèse l’économie sociale à l’échelle du pays.

Pour en savoir plus

  • CNCRES - conseil national des chambres régionales de l’économie sociale - http://www.cncres.org/
  • DIIESES - Délégation interministérielle à l’innovation, à l’expérimentation sociale et à l’économie sociale (DIIESES) Voir le site du ministère du travail, des relations sociales, de la famille et de la solidarité - http://www.travail-solidarite.gouv.fr
  • CEGES - Conseil des Entreprises et Groupements de l’Économie Sociale -http://www.ceges.org
Posté le dimanche 23 novembre 2008
©© eco-co-sol, article sous licence creative common (cc by-sa) info