Une interview de Dominique Dupilet, président du conseil général du Pas-de-Calais

CG Pas de Calais : « L’économie sociale et solidaire peut être un réel amortisseur de la crise »


S’il n’est pas formellement adhérent du Réseau des Territoires pour l’Economie Solidaire (RTES), le Conseil général du Pas-de-Calais n’en soutient pas moins activement l’Economie sociale et Solidaire.

Chaque année, il apporte son soutien à 50 Ateliers et Chantiers d’insertion, 29 Associations intermédiaires, 11 Entreprises d’Insertion et 50 Chantiers Ecole. Et il consacre une enveloppe annuelle de 8 728 k€ (qui fait partie du budget insertion) pour promouvoir et diffuser les valeurs de l’Economie Sociale et Solidaire, structurer ce secteur et soutenir la création d’activité.

Un article repris du site Nord-social, site d’informations sur l’économie sociale et solidaire publié sous licence Creative Commons


N-S : Lors de la cérémonie des vœux, vous avez évoqué de façon spécifique les établissements hospitaliers et les maisons de retraite à caractère associatif autonome : quelle importance ces établissements ont pour vous ?

D.P. : "Un certain nombre d’établissements hospitaliers gèrent des établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD)… Cet état de fait est la plupart du temps le résultat de ce qu’on appelait « l’humanisation des hospices… ».

"Cependant, cet héritage n’est pas sans poser problème lorsqu’il s’agit de répartir les charges financières entre les différents financeurs. Ainsi le Conseil général est compétent pour l’hébergement des personnes âgées et en partie de manière minoritaire, pour la dépendance. L’Etat et la Sécurité sociale eux financent le soin et l’essentiel de la dépendance."

"Il est bien difficile, lorsque l’établissement médico-social (EHPAD) est géré par un établissement sanitaire (hôpital) de procéder à une évaluation fine des charges de chaque financeur… Et c’est pourquoi, je préfère que le gestionnaire d’un EHPAD (établissement médicosocial) constitue une entité juridique autonome, ce qui permet une meilleure lisibilité."

"Bien entendu, il ne s’agit pas dans mon esprit d’opposer le public et le privé, et je considère que les hôpitaux constituent un service public de première priorité, dans le domaine sanitaire essentiellement."

N-S : Le Département développe-t-il une politique spécifique en faveur de l’économie sociale et solidaire ? Sans doute à travers une action en faveur des associations ?

Dominique Dupilet - ¨Photo Marc Dubois D.P. : "Le Conseil Général du Pas-de-Calais participe au Plan Régional de Développement de l’Economie Sociale et Solidaire avec pour objectif la promotion et le développement de ce secteur."

"Le Département du Pas-de-Calais s’implique par le biais :

- du financement des associations d’utilité sociale œuvrant dans son champ de compétences (personnes âgées, personnes handicapées, enfance, insertion) ainsi que dans le domaine du sport et de la culture. Dans le seul domaine de l’insertion, le Conseil Général a contribué en 2008 au financement de l’encadrement dans les structures à hauteur de 8 300 000 € pour les associations dont l’activité principale est l’environnement, le commerce équitable, le service à la personne, la ressourcerie…

- du soutien financier apporté aux têtes de réseaux de l’Economie Sociale et Solidaire (la CRESS : chambre Régionale de l’Economie Sociale et Solidaire pour la réalisation de l’Observatoire du tissu associatif régional et l’APES : Assemblée Permanente de l’Economie Solidaire pour leurs différentes actons de promotion et de développement de ces valeurs et pratiques sur les territoires.

- Le financement de dispositifs d’accompagnement (Dispositif local d’accompagnement), d’appui financier aux structures d’utilité sociale (Fonds d’amorçage associatif du GIP INSERACTION 62), et d’aide au développement d’activité (Fonds d’investissement pour le développement de l’entrepreneuriat social et solidaire)."

N-S : Existe-t-il un budget, des actions ou des services dédiés plus particulièrement à l’examen et à l’intervention dans ce secteur ?

D.P. : "C’est un budget de 8 728 k€ qui est consacré annuellement à l’économie sociale et solidaire dans le cadre du budget insertion du Conseil Général du Pas-de-Calais pour promouvoir et diffuser les valeurs de l’Economie Sociale et Solidaire, structurer ce secteur et soutenir la création d’activité."

"Ce sont 50 Ateliers et Chantiers d’insertion, 29 Associations intermédiaires, 11 Entreprises d’Insertion et 50 Chantiers Ecole que le Conseil Général du Pas-de-Calais soutient par an."

N.S. : Face à la crise du libéralisme, l’économie sociale et solidaire avec son fonctionnement démocratique et une juste répartition contrôlée des bénéfices peut-elle présenter une alternative ?

D.P. : "Au moment où les grandes puissances mondiales se réunissent à Londres avec pour objectif de moraliser le capitalisme financier, l’Economie Sociale et Solidaire se présente comme un réel amortisseur de la crise."

"C’est une économie proche des Hommes dont les valeurs essentielles reposent sur la redistribution collective des profits, une gestion démocratique et des projets d’utilité collective ou sociale."

"Au 31 décembre 2006, près de 26 000 établissements, hors secteur de l’agriculture, relèvent du champ de l’économie sociale dans le Nord-Pas-de-Calais, soit 14% de l’ensemble des établissements régionaux. Ce secteur, qui comprend les associations (92% des établissements), les coopératives (6,5%), mutuelles et fondations, compte 137 000 postes de travail salariés, soit 11% de l’emploi salarié régional."

"En termes d’évolution, le nombre d’établissements de l’économie sociale a progressé de 19,5% dans la période 2002-2006, contre 11,1% dans le reste de l’économie."

"Le secteur de l’économie sociale, vecteur de citoyenneté et de démocratie participative, constitue un véritable gisement en termes d’innovations sociales et d’emplois permettant de répondre aux besoins des populations." "Elles participent pleinement à la politique volontariste du Conseil Général du Pas de Calais en matière de soutien à l’emploi, en particulier en agissant au quotidien dans l’insertion des publics en difficulté ou dans les services rendus aux personnes âgées et handicapées."

Posté le samedi 4 avril 2009