10èmes Rencontres de l’Economie Sociale Atlantique : synthèse des rencontres


La synthèse des rencontres des 9 et 10 octobre derniers, qui a rassemblé 280 personnes à Guidel sur le thème "Economie sociale, utopies d’hier, réalités d’aujourd’hui, perspectives pour demain" est maintenant disponible, ainsi que l’interview de Patrick Viveret et l’intégralité des débats. En introduction du document, le mot du Président des RESA.

Repris d’un article publié sur le site de la Cres Bretagne, avec un fil RSS pour suivre l’actualité de ce portail de l’ESS en Bretagne

"Utopies d’hier, réalités d’aujourd’hui, perspectives pour demain… il y a deux ans, lorsque ce thème a été choisi, nous avions la conviction qu’il nous fallait initier un temps de réflexion prospective et stratégique pour aider à construire le développement de l’ESS dans l’avenir et la positionner comme une alternative à l’économie libérale capitalistique.

Alternative étant prise ici non pas au sens de substitution mais au sens d’une autre manière d’entreprendre, de concevoir l’économie, la relation humaine et l’avenir de la planète. Mais nous n’imaginions pas alors que l’actualité viendrait à point nommé justifier la pertinence de notre réflexion avant même de l’avoir entamée.

Force est de constater que lorsque les acteurs de l’ESS soulignaient ou dénonçaient les excès du capitalisme financier érigé en objectif des modèles de développement économique, ils étaient dans le vrai. Dans le vrai, lorsqu’ils affirmaient que ce n’est pas la multiplication du capital et l’accroissement infini du profit financier au seul bénéfice d’une minorité d’actionnaires privilégiés qui doit être le moteur de l’économie, et ce au détriment de la production des biens et des services nécessaires à la satisfaction de besoins fondamentaux de la population. Dans le vrai encore, lorsque les acteurs de l’ESS se saisissaient des sujets sociétaux du monde actuel pour essayer de leur apporter une réponse conforme aux valeurs et principes qui sous-tendent l’ESS, véritable mouvement social universel.

Cela doit naturellement conduire les acteurs de l’ESS a constamment s’interroger sur la réalité du lien entre leurs pratiques effectives et les principes et valeurs de l’ESS, sur des liens à établir avec les autres secteurs de l’ESS dont certains, bien que n’ayant pas de statut juridique d’entreprise de l’ESS, n’en partagent pas moins les valeurs, les principes et modes de fonctionnement. A s’interroger en termes prospectifs et stratégiques sur les choix à opérer, les moyens à mettre en œuvre pour que cette utopie d’hier, déjà bien réelle aujourd’hui, soit demain l’alternative de réussite économique, sociale, environnementale, pour mieux répondre aux besoins des hommes et des femmes du XXIème siècle.

En se fondant sur les valeurs et les actions qu’elles induisent, les participants aux RESA ont ainsi conclu que l’ESS ne doit pas seulement tenter de réguler la société, mais bien participer à son changement : les évolutions actuelles ont pour effet de substituer à la solidarité, valeur essentielle de l’ESS, celle de l’assistance caritative. Derrière ce transfert de la solidarité vers la charité, se cache une mutation sociétale. Mutation qui éloigne de l’exercice de la démocratie économique et de la satisfaction des besoins des populations et paralyse l’innovation.

Oui, assurément, l’ESS doit se saisir des questions sociétales, ainsi que l’ont affirmé les participants aux RESA. L’ESS doit être une alternative au capitalisme. C’est bien cette utopie d’aujourd’hui qui doit devenir la réalité de demain."

Yannick Barbançon, Président

- La synthèse des rencontres

- L’Intégralité des débats

Posté le lundi 30 mars 2009